La  » nanoéthique  » suscite de l’intérêt

Le groupe Nanoethics [1] vient de recevoir de la part du gouvernement américain un don de 250 000 dollars pour réfléchir aux conséquences des nanotechnologies sur la condition humaine. Ce financement permettra essentiellement au collège de Dartmouth et à la Western Michigan University de mener un travail commun, avec la participation du centre de recherche sur les nanomateriaux de Dartmouth.

Parmi les questions posées :

« Qu’est-ce qu ‘on appelle ‘l’augmentation des facultés humaines’ ? Cette augmentation est-elle un droit ? Est-il justifié de modifier certaines personnes afin de leur faire remplir certaines tâches, par exemple dans le domaine militaire ? Devrait-il être obligatoire ‘d’augmenter’ nos enfants  ? … »

Pour le docteur Patrick Lin, qui dirige le groupe Nanoethics, ce débat pourrait bien être le plus important du siècle à venir :

« Aujourd’hui, l’augmentation humaine passe surtout par les stéroïdes, le Viagra ou la chirurgie esthétique. Mais avec l’accélération de la technologie, des scénarios bien plus fantastiques pourraient voir le jour plus tôt qu’on l’imagine : par exemple avec des membres cybernétiques ou des ordinateurs implantés dans le cerveau ».

Via la Technology Review.

_____
1. Signalons la présence dans le conseil d’administration de Nanoethics de nombreux partisans des nanotechnologies et d’adeptes du transhumanisme, (philosophie qui cherche à transformer l’homme via la technologie) tels, entre autres, Nick Bostrom du Future of Humanity Institute à Oxford ou James Hugues, qui dirige la World Transhumanist Association (voir « Mini technologies, maxi changements« ).

À lire aussi sur internetactu.net

0 commentaires

  1. « Le groupe Nanoethics [1] vient de recevoir de la part du gouvernement américain un don de 250 000 dollars pour réfléchir aux conséquences des nanotechnologies sur la condition humaine »

    C’est pas trop tôt ! Mais n’est ce pas trop tard ?

     » Signalons la présence dans le conseil d’administration de Nanoethics de nombreux partisans des nanotechnologies et d’adeptes du transhumanisme, (philosophie qui cherche à transformer l’homme via la technologie)  »

    Les extrêmes de l’innovation et de la réaction conservatrice sont complémentaire , les uns voient en l’innovation , en la technologie , et au progrès , une Utopie , Un St Graal a atteindre , une vision tellement augmenté qu’elle effacerait les misères par un coup de baguette magique . Les autres voient en la technologie la décadence , et a l’instar de Luther , se prive le maximum de la technologie (même de l’électricité ) pour revenir a une absolue simplicité des moeurs , accusant le progrès de tout les maux de l’humanité comme le Héros du Roman de Barjavel : Ravage . Et toujours comme si l extreme simplicité allait éffacé tout les maux de l’humanité .

    Une telle innitiative est a salué , Mais n’est ce pas trop tard ? En outre étant à l’aube de ses évolutions , au tatonnements des reflexions , sauront ils utiliser la méthode approprié pour faire la synthèse necessaire sans devenir technocratique ?

  2. Excuser moi le dernier commentaire , il fallait bien sur lire Ludd , au lieu de Luther de Ned Ludd et du mouvement du Luddisme (destruction des machines , car elle menaceait l’emploie , notamment des metiers a tissers ) . pouvez faire la rectification svp ?

  3. En un mot : Gattaca

    meme si il me semble inevitable ce chemain nous mene aussi bien vers nos plus grands fantasmes mais egalement vers nos plus grandes craintes

    tout fracture ce fini forcement par une revolution a cela pret que avec la technologie actuel et avenir une revolution parait de plus en plus impossible

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *