Demain, les jeux mobiles ?

Dans une présentation intitulé « L’utilisation du toucher, de la vue et du geste dans les jeux mobiles » à la Game Developper Conference (GDC) qui se tient actuellement à San Francisco, le chercheur de l’université de Lancaster Paul Coulton (voir aussi son blog sur le « Forum Nokia), a lancé quelques pistes pour comprendre comment pourrait décoller l’univers du jeu mobile. Pour Coulton, l’avenir du jeu mobile pourrait surtout être transformé par de nouveaux téléphones mobiles embarquant des technologies de sensibilité aux mouvements (comme le N5500), à l’instar de la Wiimote, le joystick sensitif de la dernière console de Nintendo. Coulton a ainsi montré des jeux de billes ou de voitures où il faut bouger son téléphone pour s’y déplacer (vidéo), un peu comme il faut se déplacer pour jouer à Mozombies (vidéo), un jeu où pour éviter des zombies, il faut se déplacer physiquement avec son appareil mobile.

« La Wii a eu un impact étonnant mais cette technologie intégrée aux téléphones mobiles pourrait s’avérer encore plus surprenante », indiquait Paul Coulton. « Les possibilités de ce type de technologies sont sans fin. Elles évoquent de nouvelles façon de jouer aux jeux qui pourraient amener des joueurs bien différents de ceux qui en ont l’habitude. »

Et d’évoquer également le potentiel des technologies RFID qui peuvent être utilisées pour des jeux qui mêleraient jeux sur écran et réalité : comme le projet MobSpray, un projet de grafiti urbains déposés via des mobiles sur des étiquettes Rfid ; ou encore ces projets de jeux qu’il évoque sur le wiki des chercheurs de l’université de Lancaster, MobileRadicals, comme Pac-Lan, un jeu de Pac-Man grandeur nature, augmenté par l’utilisation de RFID et de téléphones mobiles capables de lire les puces.

Reste qu’on en est loin : les jeux les plus courants sur les mobiles sont des casuals games, c’est-à-dire des Tetris et des Pac-Man, comme le remarquait Trip Hawkins, le patron de Digital Chocolate. Un marché encore dominé par des jeux anciens et de qualité moyenne, faute d’audace des éditeurs et des opérateurs, d’habitude des utilisateurs et du fait des coûts excessifs des licences pour les jeux mobiles.

La Technology Review, dresse un constat plus négatif encore en dénonçant, outre les difficultés liées à la petitesse de l’écran, aux sautes d’humeur des connexions et à la puissance de calcul limitée, l’absence de standards dans le domaine du jeu mobile, tant du côté des plates-formes que du matériel (boutons, stylets et demain écrans tactiles avec l’iPhone d’Apple, qui rendent le confort de jeu assez difficile à développer). Dans ces conditions, on comprend pourquoi pour Amy Jo Kim, game designer chez Shufflebrain, défende des jeux en réseaux, accessibles autant depuis son PC que par un téléphone mobile.

À lire aussi sur internetactu.net

0 commentaires

  1. Pour compléter cet article, concernant les ressources Mobiles (jeux et applications), il existe des initiatives Françaises comme Mobile4U qui se démènent pour proposer des éléments gratuits sans inscription.

  2. On peut aussi mentionner les MMTRG (Mobile Multiplayer Trans-Reality Games) comme une future nouvelle façon de jouer sur mobile avec une interaction forte réelle/virtuelle.

  3. bonjour et merci pour se billet tres instructif…Les jeux a l’avenir devrait etre transportables facilement, imaginez des lunettes ayant pour objets de jouer telephoner et se proteger d’un soleil dangereux…Et bien cela va bientot arriver sur le marche, on se fera des jeux en reseau simplement en se regardant ;).

    Bon a plus et pour ceux que cela interesse au niveau des jeux pour mobile il ya http://www.mobifun.fr qui offre 3 produits pour un achete (sonnerie,logos,jeux …etc).@

Répondre à elody Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *