Quand les avions se passeront de pilotes

A quoi ressemblera l’aéronautique du futur ? Le département de prospective et synthèse (DPRS) de l’Onera, « premier acteur de la recherche aérospatiale en France« , nous offre quelques pistes de réflexion :

  • un système de véhicules aériens inhabités capables de voler à plus de 18 000 mètres d’altitude pendant plus de 24h (HALERTE, pour « Haute Altitude Longue Endurance des Robots Transportant des Equipements« ),
  • Centor (pour « Concepts d’ENgins de Transfert Orbital Réutilisables« ) « capables d’effectuer une ou plusieurs missions avec un trajet retour« , à la différence des engins utilisés actuellement, qui ne font qu’un « aller simple« ,
  • des drônes de 50 cm d’envergure pouvant être pilotés par un simple soldat lors des combats,
  • un système de transport aérien du futur « révolutionnaire » automatisant la majeure partie des tâches afin de pouvoir, d’ici à 2040, se passer des pilotes et des contrôleurs.
  • Gros porteurs sans pilotes

  • Remanta (pour « REsearch program on Micro Aerial vehicle and New Technologies Application« ), un projet, initié en 2002, de « microvéhicule aérien à ailes battantes » de moins de 15 cm d’envergure. Son objectif : s’inspirer de la nature – et notamment des insectes et libellules – afin de savoir si des drones de si petite taille, capables de vols stationnaires, truffés de micro-capteurs et dédiés au renseignement, sont viables ou non.

À lire aussi sur internetactu.net

0 commentaires

  1. Géniale toute cette technologie, si les insectes et les oiseaux battent de ailes c’est qu’il y a surement une bonne raison.

  2. Je trouve génial aussi. C’est un programme français, Remanta, ça aussi c’est pas mal. Visiter le site de l’Onera.( Je n’y suis pas, j’ai pas d’actions).
    Finalement, c’est pour faire du vent, à mon avis.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *