Les Américains accros au haut-débit… fixe

Selon le cabinet Media-Screen, les abonnés haut-débit américains passent désormais la moitié de leur temps libre quotidien en ligne, soit 1h 40 par jour. Un peu plus du quart de ce temps est consacré à communiquer avec d’autres, autant à des activités de loisirs et des jeux, 19 % à l’information et 12 % aux achats en ligne. Les deux tiers des utilisateurs regardent « régulièrement » la télé via leur accès internet (qui, aux Etats-Unis, remplace encore rarement le câble ou la télévision par satellite), la moitié écoute la radio, un tiers utilise la messagerie instantanée.

A noter que ces mêmes utilisateurs du haut débit, pourtant équipés à plus de 60 % de téléphones mobiles capables d’accéder à l’internet, sont seulement 5 % à accéder au réseau via leurs mobiles. Qui plus est, l’éventail des activités sur le mobile apparaît beaucoup plus restreint que celui des activités menées en ligne devant un PC (3,3 activités en ligne sur mobile contre 13,4 sur PC). Le coût de l’usage et la petite taille de l’écran sont les facteurs les plus souvent évoqués pour expliquer la lenteur du décollage des usages mobiles en ligne aux Etats-Unis.

L’étude de Media-Screen, ainsi qu’une autre enquête réalisée par le Harrison Group pour Deloitte, soulignent également la puissance des « réseaux sociaux » en ligne. Dans la découverte de nouveaux produits, de nouveaux films ou livres, ils jouent désormais un rôle essentiel, particulièrement (mais pas exclusivement) auprès des jeunes. 51 % du temps en ligne des plus jeunes (13-24 ans) est consacré à des contenus produits par d’autres utilisateurs, et 49 % à des contenus produits par des professionnels. 56 % de ces jeunes produisent leurs propres contenus audio, photo ou vidéo. Pour autant, les jeunes ne se détournent pas des médias traditionnels, qu’ils apprécient : mais ils s’appuient sur ce qu’ils y trouvent pour relayer l’information en ligne vers leurs réseaux relationnels.

A noter que, si les contenus « générés par les utilisateurs » connaissent une faveur particulière chez les 13-24 ans, les plus âgés s’y intéressent aussi. Ces contenus représentent 34 % du temps passé sur le web par les 25-41 ans (Generation X), 27 % pour les baby boomers de 42 à 60 ans et 23 % pour les internautes âgés de plus de 60 ans.

À lire aussi sur internetactu.net

0 commentaires

  1. J’ai vu traîner sur un site ADSL voir lien plus haut quelques chiffres sur les abonnés haut-débit français. Je ne serais dire a quel endroit, mais il est intéressant de constater que ces chiffres varient autant. Ce qui est remarquable c’est l’impacte que les USA ont sur l’Europe même si leurs uses et coutumes sont différentes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *