Les jeunes innovateurs de l’année

tr35.gifComme chaque année, la Technology Review vient de distinguer ses 35 innovateurs de moins de 35 ans. Outre le fait que 2 Français soient dans cette sélection (Tariq Krim et Marc Sciamanna, félicitations à tous deux), ce qui ne s’était pas produit depuis longtemps, la sélection est toujours l’occasion de mettre le doigt sur des innovations remarquables.

Comme :

  • le protocole pour réseaux Mesh de Sanjit Biswas de Meraki Networks, qui teste le déploiement d’un réseau public et citoyen sur la ville de San Fransisco – pour concurrencer et pallier les déficiences du réseau Wi-Fi municipal qui peine à voir le jour, comme l’explique la Technology Review ;
  • Ivan Krstic, le constructeur de Bifröst, le système de sécurité du projet One Laptop Per Child, qui, plutôt que de bloquer des virus spécifiques, séquestre chaque programme dans un système d’exploitation virtuel pour observer son fonctionnement et réagir en conséquence, rendant caduc le besoin de mise à jour des logiciels antivirus traditionnels ;
  • Anna Lysyanskaya, qui a mis au point un système pour s’identifier sur un site web sans fournir d’information personnelle, selon le principe de la preuve sans connaissance, une méthode cryptographique qui permet de signaler à un tiers que la déclaration est juste sans révéler autre chose que la véracité de la déclaration ;
  • Luis von Ahn, l’un des co-inventeur en 2000 des captchas, ces petits exercices qu’il faut résoudre pour nous distinguer des robots, et qui cherche désormais à les rendre utiles notamment en permettant aux gens d’identifier des mots que des procédés de reconnaissance optique des caractères utilisés pour la numérisation de livres n’ont pas réussi à décoder. C’est l’initiative Re-Captcha qui permet de faire de la reconnaissance de caractère en utilisant les gens, comme l’expliquait très bien Emmanuelle Bermès ;
  • Desney Tan, chercheur chez Microsoft, qui apprend aux ordinateurs à lire le cerveau humain et travaille à simplifier les casques d’électro-encéphalographie utilisés comme interfaces entre le cerveau et la machine. Il parie que bientôt nos interfaces répondront à nos pensées aussi simplement qu’on pose une oreillette Bluetooth sur nos oreilles ;
  • Tapan Parikh, fondateur d’Ekgaon Technologies, concepteur d’un système d’information sur mobile pour les petites entreprises du monde en développement, notamment avec Cam, un outils qui permet simplement d’utiliser l’appareil photo de son téléphone pour scanner un document, entrer des données ou naviguer de manière interactive dans de l’audio et de la vidéo.

À lire aussi sur internetactu.net

0 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *