Comment la robotique mobile va bouleverser la chaîne de montage

Depuis les années 60 et Unimate, le premier bras robotisé, les robots industriels ont colonisé les chaines de montage pour jouer des rôles de plus en plus précis dans l' »organisation scientifique du travail ». Mais la très grande majorité des robots industriels sont immobiles, ce qui conduit à organiser les chaines de montage autour d’eux. L’introduction de capacités mobiles pourrait bien demain changer la perspective de leur implantation et bouleverser l’organisation des lieux de production.

Les robots de Kiva Systems se déplaçant dans un entrepot

C’est l’idée en tout cas qui préside aux « entrepôts à accès direct » mis au point par la société Kiva Systems, raconte la Technology Review. Le principe est compliqué : les entrepôts sont arrangés à la manière d’une grille, découpés en lignes et en colonnes. Une grille qui permet à des robots mobiles d’accéder à tous les produits de l’entrepôt. Les robots ont pour fonction de délivrer des étagères de produits aux ouvriers selon les commandes ou le flux des tâches à accomplir.

« Nous avons transformé tout notre entrepôt en un système d’accès direct et dynamique de stockage et de réparation », explique Mick Mountz, le président de Kiva. Selon lui, le système permet de répondre plus vite aux commandes car les robots peuvent travailler en parallèle, permettant à des dizaines d’ouvriers de remplir des dizaines de commandes simultanément. Les employés n’ont plus à se rendre dans l’entrepôt pour préparer les commandes et perdre du temps en déplacement : ce sont les produits qui viennent à eux. L’entrepôt est géré par des algorithmes qui permettent d’optimiser et d’adapter le rangement à la demande.

Les robots consistent en de simples boites roulantes sur lesquelles sont montées des étagères de produits. Le sol est équipé de capteurs et de marques. Le logiciel adaptatif est la clé du système : il gère les mouvements des robots et évite qu’ils ne se percutent, il garde la trace des déplacements des produits. Un réseau de capteurs infrarouges prévient les robots s’il y a des obstacles sur leur chemin. Les étagères sont équipées de lumières qui indiquent aux ouvriers à quel niveau trouver le produit dont ils ont besoin. Un système à code barre surveille la production.

Un exemple de robotique mobile appliquée qui dessine assurément des perspectives capables de marquer une nouvelle étape dans la robotique industrielle.

À lire aussi sur internetactu.net

0 commentaires

  1. Si cela diminue les erreurs humaines on ne peut que encourager son developpement.

    Certains diront que c’est encore un moyen de diminuer le nombre de salariés et ainsi faire encore plus d’economies. Mais l’evolution ne veut-il pas que l’on se decharge des tâches rebarbatives (ou autre) afin de se focaliser le plus possible sur sa reelle fonction et ainsi ameliorer ses conditions de travail ?

    De toute façon ce sont les robots ou bien les delocalisations. Dans plusieurs longues années nous verrons des metiers disparaitre du globe terrestres et d’autres s’en creer.

    La robotique mobile : du tout bon. Même si ce n’est pas recent, Honda a été le premier à concevoir et à utiliser ses robots mobiles pour la conception de ses voitures et depuis peu, l’aide à la vente chez les concessionnaires.

  2. avec les technologie d\’ aujourd\’hui on pourrait déjà quasiment tout robotiser mais l\’homme n\’a encore rien compris de sa propre utilité qui s\’inscrit pourtant dans tout processus évolutif du vivant

  3. Ah oui c’est vraiment du tout bon ca… Vivement les chiottes mobiles, ca éviteras d’autres pertes de ce temps ci précieux, c’est tellement rebarbatif de devoir se vider la vessie. Quelle amélioration merveilleuse pour l’ouvrier, accroché à sa rame comme un galérien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *