De l’optimisation – New York Times

Virginia Heffernan pour le New York Times revient sur le développement de l’optimisation. Elle rappelle pourtant, qu’il n’y a pas si longtemps encore, les blockbuster des livres d’affaires parlaient à l’unisson et avec succès de faire confiance à notre instinct. De Dan Ariely à Freakonomics en passant par Malcolm Gladwell, les gourous du management nous invitaient à suivre notre instinct. Mais les données sont passées par la. La mode de l’optimisation est revenue. L’optimisation est digne et scientifique. Pour le poète latin, Horace, l’optimus signifiait ce qui est moralement bon et indifférent aux futilités. Mais l’optimisation tire aussi du sens de l’optimisme. Qu’importe ce qu’on souhaite améliorer, l’efficacité ou la performance, l’optimisation ne nécessite ni talent ni ambition, contrairement à nos instincts : il suffit d’avoir un ordinateur et de la raison. 

“Pour les optimiseurs, toutes les valeurs s’aplatissent (…). En théorie, grâce à l’optimisation, tous les arguments peuvent être jugés sans passion et résolus sans larmes.” Or, rappelle la chroniqueuse, l’optimisation se réfère directement à la taylorisation et consiste à traiter les êtres humains comme des machines comme l’ont montré ses dérives totalitaires staliniennes et nazis. Le programme d’ordinateur soviétique BESM a été en partie conçu pour optimiser la production de pomme de terre. Des ordinateurs d’antan à ceux d’aujourd’hui, il n’y a qu’un pas, estime la chroniqueuse en évoquant la montre d’Apple. Comme en plaisantait l’entrepreneur Anil Dash sur Twitter, depuis les ordinateurs d’IBM vendus aux nazis, aucune entreprise high-tech n’a embrassé autant de données médicales à cette échelle. Et pourtant, ce qui nous attire dans la montre d’Apple, n’est-ce pas d’abord qu’elle réponde à notre propres tendances totalitaires ? questionne Virginia Heffernan. Si je regarde les chiffres de près et utilise cette technologie à bon escient je pourrais peut-être obtenir l’apport alimentaire minimal pour un travail maximal… Le même rapport que cherchaient à trouver les maîtres des goulags soviétiques en y appliquant déjà l’optimisation. Nos Apple watch ne sont-elles pas autre chose que des mini Goulag, optimisées juste pour nous ? 

À lire aussi sur internetactu.net

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.