Demain, le retour des Etats ? – La Gazette des communes

La Gazette des communes revient sur une conférence de Marcel Gauchet sur l’avenir de l’action de publique qui explique comment l’Etat super-structure est devenu un Etat infra-structure : 

« La critique de la bureaucratie a fait naître le New Public
Management, qui, à son tour, a paradoxalement contribué à créer de
nouvelles formes de bureaucratie. En remplaçant la planification et la
prospective par le benchmark, l’Etat moderne uniformise les pratiques
des acteurs publics, bride l’innovation et re-bureaucratise l’action
publique » analyse Fabien Gélédan, co-organisateur de cette journée.

« L’obsession des programmes néolibéraux à réformer l’instrument a
produit un aveuglément sur le rôle joué par l’Etat. La démagogie et la
paresse intellectuelle ont régné en maître, sans résultats : les
promoteurs du NPM et d’une vision économiciste de l’action publique sont
parvenus à transformer une grande majorité de citoyens en consommateurs
des politiques publiques, mais en consommateurs mécontents d’avoir été
dépossédés de leur citoyenneté ! En raison de l’explosion des demandes
et des besoins sociaux, la fonctionnalité des États a effectivement
augmenté : les votes populistes en Angleterre traduisent un regain
inédit de plus d’Etat » décrypte Marcel Gauchet.

L’auteur de L’avènement de la démocratie, qui est également
rédacteur en chef de la revue Le débat, estime que « nous sommes
passés d’un âge naïf du commandement politique à un âge tout aussi naïf
de la réforme au nom de l’efficacité économique. L’Etat super-structure a
été transformé en Etat infra-structure ! Il serait peut-être temps de
passer à l’âge réfléchi du commandement politique se souciant de
l’efficacité économique de l’organisation politique.»

« Ne serait-ce que parce que la société civile s’est autonomisée,
individualisée et ne peut plus aujourd’hui être gouvernée pareillement
qu’il y a quarante ans, l’État ne représente plus aujourd’hui l’instance
du futur tel que ça a pu être le cas par le passé. Cela dit, il demeure
et doit être bien davantage encore qu’aujourd’hui l’instrument de
définition d’un avenir collectif » appelle de ses vœux Marcel Gauchet. 

À lire aussi sur internetactu.net

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.