Visualiser le (non) renouvellement des succès musicaux – Long+Short

Alors que la longue traîne peine chaque jour un peu plus à démontrer sa réalité, son contraire, l’effet superstar, lui, ne cesse de se renforcer d’étude en étude (voir notamment “Pourquoi la longue traîne ne marche pas”). 

Sur Long+Short (@longshortmag), Cath Sleeman revient via un graphique sur la durée pendant laquelle les succès musicaux demeurent dans le top 40 britannique. Aujourd’hui, les chansons restent en moyenne plus de semaines dans ce top qu’elles ne l’ont fait ces 40 dernières années. Happy de Pharrell Williams a passé 49 semaines dans le Top 40 : un record. Cette stagnation des succès reflète surtout la façon dont le numérique a transformé leur vente et leur consommation. Jusque dans les années 2000, les titres restaient en moyenne 4 semaines dans le top 40, contre 8 semaines en moyenne désormais. Et le début de cette transformation coïncide avec le moment où le top 40 a commencé à inclure les téléchargements à ses classements. La vente de musique en ligne a augmenté la durée de présentation des titres, quand l’emballement marketing en magasin avait tendance à la réduire. Autre facteur explicatif, le développement de stratégies blockbuster visant à faire des investissements disproportionnés dans un nombre toujours plus réduits de produits. Depuis juillet 2014, le classement des tops musicaux a intégré la musique en streaming, qui a lui aussi tendance à augmenter la durée de vie des chansons plus que le chiffre d’affaire des meilleures chansons de ce classement. 

À lire aussi sur internetactu.net

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.