Utiliser les données de MeetUp pour comprendre l’évolution du paysage technologique britannique – Nesta

Sur le blog du Nesta, Juan Mateos-Garcia explique comment il a utilisé les données de MeetUp, le site pour créer et rassembler des communautés, pour cartographier comment se créé, émerge et évolue de nouvelles communautés autour de la technologie et voir si cela pourrait aussi dire quelque chose de l’essor des nouvelles technologies. Le chercheur a récupéré les données de quelques 1391 groupes sur 2569 sujets créés dans la catégorie Tech dans les villes du Royaume-Uni – totalisant quelques 434 000 membres -, dont 71 % créés depuis 2013. En traitant les données, le chercheur à réduit ces sujets à 6 grands domaines d’intérêt : les applications, les données, les systèmes informatiques, le matériel, le logiciel… et Python, le langage de programmation, visiblement suffisamment populaire pour faire une catégorie à part. En dressant l’évolution historique de ces domaines, l’étude montre le développement de ces différents champs. Si les meetup autour des applications sont les plus anciens et demeurent les plus populaires, on voit que les groupes liés au logiciel naissent en 2009, ceux autour de données en 2010 et explosent avec l’intérêt pour le Big Data en 2011, alors que ceux autour des systèmes et du matériel sont plus récents (2013).  

L’analyse cartographique voit bien sûr dominer Londres (qui accueille 56 % des rencontres de ces communautés), mais elle semble dresser une carte qui dépasse les centres de l’industrie technologique britannique traditionnels que sont Bristol, Brighton, Cambridge et Edimbourg.  

Enfin, l’analyse a tenté d’observer si les données permettaient de suivre la montée de nouvelles technologiques ou leur déclin dans chacun des domaines étudiés. Le graphique montre notamment des niveaux d’intérêt élevés pour l’édition numérique et la programmation d’intelligence artificielle entre 2011 et 2012. Certains sujets spécifiques font des apparitions éphémères mais qui ont montré un fort niveau d’intérêt comme Couchbase (un système de base de données distribué pour les données non structurées) ou OpenStack (un logiciel open source pour le cloud computing) ou Meteor (une plate-forme pour la construction d’applications mobiles). 

Pour 

Juan Mateos-Garcia, cette exploration rapide est prometteuse pour améliorer notre compréhension de l’émergence des technologies et leur évolution… et peut-être en faire un meilleur outil de rétroaction pour l’ensemble de la communauté des nouvelles technologies.  

À lire aussi sur internetactu.net

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.