Le programme d’innovateurs en résidence d’Obama – Medium

image

Le président Obama vient de rendre permanent le programme Presidential Innovation Fellows (PIF), un programme lancé en 2012 par Todd Park, alors directeur de la technologie des Etats-Unis, qui consiste à inviter des individus à rejoindre l’administration pour un contrat rémunéré d’un an pour y mener des projets qu’ils proposent eux-mêmes sur la base de grands secteurs de développement proposés par le gouvernement (voir le site pour postuler). Comme le disait Todd Park à l’époque : l’administration a besoin de deux sorte de gens : “les gens qui peuvent pirater la technologie et les gens qui peuvent pirater la bureaucratie”.

Depuis 2012, 96 innovateurs en résidence ont été recrutés via ce programme, explique la Maison Blanche sur Medium où plusieurs résidents reviennent sur ce qu’ils ont accomplis (voir également le long dossier qu’avait consacré FastCompany à cette équipe, rappelant notamment son histoire, réellement initiée avec les geeks venus réparer le site de la réforme de l’assurance santé américaine). 

Clarence Wardell et Denice Ross reviennent ainsi sur le programme Police Data initiative visant à créer une culture des données ouvertes dans la police qui travaille auprès de 21 juridictions pour recueillir et publier des données sur les actions de la police locale afin de renforcer le dialogue et la confiance entre la police et la communauté. Aaron Snow et Hillary Hartley reviennent sur 18F, une vaste plateforme de consultation de l’administration générale des services, forte d’une équipe de plus de 110 personnes qui fournissent du conseil et de l’infrastructure au développement des services numériques de l’administration américaine. Mikel Maron a développé le programme MapGive, un programme diplomatique ouvert pour favoriser la cartographie ouverte lors de crises humanitaires. Andrea Ippolito a lancé un programme de développement de prothèses fonctionnelles pour les anciens combattants. Chris Goranson l’initiative Every Kid in a Park, permettant aux écoles et autre organismes de mieux accéder à l’offre de loisir des parcs nationaux américains…  

Comme le souligne Jean-Baptiste Soufron sur son blog, l’idée est d’ouvrir l’administration à des talents quelle ne sait pas forcément recruter. D’autres projets sont né grâce à cette initiative rappelle-t-il. Comme MyUSA, un site sur lequel les administrés pourront avoir accès à tous leurs services administratifs en ligne, à l’image du projet d’authentification unique porté par France Connect – ou du britannique Gov.uk Verify (vidéo). Ou encore le RFP-EZ, une plateforme permettant de faciliter l’accès des PME aux marchés publics… De quoi donner des idées : 

“Un programme de ce type serait tellement simple à adapter en France
et en Europe. Quel changement de perspective ce serait que de voir des
entrepreneurs entrer dans l’administration plutôt que de regarder les
hauts fonctionnaires chercher à rejoindre le privé. La logique des
revolving doors n’est malheureusement pas du tout intégrée en France et
en Europe. Il est très compliqué de passer d’un univers à un autre, ce
qui contribue autant à l’incompréhension mutuelle qu’à des erreurs
profondes de stratégie que chacun peut découvrir dans la presse semaine
après semaine.”

A quand “un ancien chef d’entreprise, un chercheur
du CNRS ou de l’INRIA ou un membre actif de Wikipedia en résidence pour développer un
projet “from scratch” en moins de 12 mois” ?

À lire aussi sur internetactu.net

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.