La pollution de l’air tue plus que le sida et le palludisme cumulés – Carnets de labo

Le journaliste Michel de Pracontal sur son blog sur Mediapart revient sur une étude de Nature qui a tenté de mesurer les effets de la pollution atmosphérique. “Cette étude estime à 3,3 millions le nombre de morts provoquées chaque année par la pollution de l’air extérieur, dont les trois quarts en Asie. Les maladies mortelles dues à la pollution atmosphérique sont pour les trois quarts des pathologies cardiovasculaires, et pour un quart des maladies respiratoires ou des cancers du poumon.

Cela représente environ 6 % du total des morts annuelles, et plus que le sida et le paludisme cumulés.”

Le plus surprenant dans cette étude globale est que les effets de l’agriculture seraient plus néfastes que ceux de la pollution automobile : “Si l’étude montre que la pollution due aux véhicules tue deux fois plus de personnes en Allemagne que les accidents de la route, le tableau d’ensemble qui se dégage relativise l’impact de l’automobile.Ainsi, dans les pays industrialisés, il apparaît que la cause majeure de pollution est l’agriculture, par un effet indirect : les engrais chimiques utilisés dans l’agriculture intensive libèrent de l’ammoniac qui se transforme en nitrate et sulphate d’ammonium. Ces derniers jouent un rôle majeur dans la formation de petites particules dangereuses. Au total, l’agriculture cause un cinquième des décès dus à la pollution de l’air, et la proportion atteint 40 % en Allemagne, en Russie ou en Ukraine. Par comparaison, les émissions des véhicules provoquent quatre fois moins de décès à l’échelle planétaire, même si leur impact est d’environ 20 % en Allemagne, aux États-Unis et en Grande-Bretagne.”

À lire aussi sur internetactu.net

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.