L’innovation peut-elle échapper à la tyrannie de la hiérarchie ? – Pacific Standard

Sur le Pacific Standard, Scott Cook, le président d’Intuit, un des leader du développement logiciel mondial, dans le cadre d’une série de publications sur l’avenir du travail mené avec le Centre d’études avancées en sciences comportementales de l’université de Stanford, livre une intéressante tribune posant la question : est-ce que l’innovation peut échapper à la tyrannie de la hiérarchie ?

La hiérarchie est le principal ennemi de l’innovation, rappelle Scott Cook. Pourtant, la hiérarchie est ce que l’on apprend en premier dans les organisations. L’autorité se mesure au nombre de décisions que vous avez le droit de prendre. Certaines entreprises fonctionnent pourtant autrement et pratiquent “la décision par l’expérience” à l’image de HP dans les années 70, permettant aux gens d’expérimenter même lorsque leur hiérarchie était en désacord. Chez Toyota, c’est l’expérience qui pousse la décision, pas le manager. Tous les employés ont deux rôles : faire leur travail et améliorer la façon dont le travail est fait. Chez Google également on trouve une culture de décentralisation de la prise de décision au profit de l’expérience. Les équipes qui s’occupent du moteur de recherche conduisent 3 à 5000 expériences par an pour l’améliorer et les décisions d’amélioration sont prises suites à ces résultats.

Dans la plupart des entreprises cela ne se passe pas ainsi. La plupart des gens endurent la tyrannie de la hiérarchie et doivent lutter pour amener leur hiérarchie à prendre en compte des évolutions. Pour Scott Cook, les patrons à l’heure de l’âge de l’innovation doivent apprendre à piloter leur entreprise par l’expérience. Pour cela, ils doivent donner la stratégie, l’objectif, le grand défi. Chez Google, Larry Page a décidé que l’objectif du moteur de recherche n’était pas de renvoyer une liste de résultat à leur requête, mais de répondre à ce qu’ils cherchent. Les dirigeants doivent mettre en place l’infrastructure et la culture de l’expérimentation rapide. Leur rôle doit être de faciliter la possibilité pour chacun de réaliser des expériences. Ils doivent aussi apprendre à savourer les surprises que produira la méthode et montrer à l’organisation comment apprendre de ce qui ne marche pas comme de ce qui marche. Enfin, les dirigeants doivent appliquer ces règles à eux-mêmes et leurs idées et propositions doivent aussi passer une phase d’expérimentation. 

Ces règles ne sont pas si simples à appliquer, reconnait Scott Cook. “Pensez à vous-même. Voulez-vous essayer vos idées ou juste faire ce que vous avez dit ? Voulez-vous travailler pour une entreprise qui accélère votre idée ou pour une entreprise qui met des obstacles sur votre chemin, vous forçant à passer des semaines ou des mois à vendre vos idées et à faire de la politique politicienne ?” Cette manière de fonctionner explique pour lui pourquoi les jeunes talents sont attirés par les startups plus que par les grandes organisations. “Les innovateurs vont là où leur créativité est autorisée à prospérer”.

À lire aussi sur internetactu.net

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.