Biosphere Code : un manifeste pour un impact raisonné des algorithmes – The Guardian

Le code de la biosphère se veut un manifeste pour inspirer un impact raisonné des algorithmes dans nos vies, rapporte le Guardian qui publie ce manifeste. Mais, il demeure difficile pour un manifeste de se revendiquer de la filiation de la conférence d’Asilomar, qui appelait à un moratoire sur les manipulations génétiques, ou des principes d’Oxford pour la géoingénierie, en faisant 7 propositions qui semblent, en l’état, parfois un peu naïves. 

Les 7 principes que cet ensemble de chercheurs proposent comme socle à discussion sont : 

Principe 1 : avec de grands pouvoirs algorithmiques viennent de grandes responsabilités. Ceux qui implémentent et utilisent les algorithmes doivent tenir compte de leurs impacts. 

Principe 2 : les algorithmes doivent servir l’humanité et la biosphère dans son ensemble. Ils doivent être respectueux des besoins humains et de la biosphère et faciliter le passage vers la durabilité en soutenant une innovation écologiquement responsable.

Principe 3 : les avantages et les risques des algorithmes devraient être répartis équitablement.

Principe 4 : Les algorithmes doivent être souples, adaptables et sensibles au contexte. Ils devraient être ouverts, malléable et facile à reprogrammer si de graves répercussions ou des résultats inattendus émergent de leurs usages. Ils devraient être conscients de leurs effets et être capables de s’adapter à des changements imprévus.

Principe 5 :  les algorithmes devriaent nous aider à faire face à l’inattendu. Ils devraient améliorer notre capacité commune à faire face aux chocs et aux surprises, y compris les problèmes causés par les mauvais comportements d’autres algorithmes.

Principe 6 : La collecte de données algorithmique devrait être ouverte et signifiante. La collecte devrait être transparente et respectueuse de la vie privée. Afin d’éviter les préjugés cachés, les ensembles de données qui alimentent les algorithmes devraient être validés.

Principe 7 : Les algorithmes devraient être inspirants, ludiques et beaux. Ils devraient être utilisés pour améliorer la créativité humaine et nous devrions encourager ceux qui facilitent la collaboration humaine, l’interaction et l’engagement.

À lire aussi sur internetactu.net

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.