Un nouveau paradigme pour planifier les horaires des employés – Medium

Les logiciels de planification des horaires des employés qu’utilisent nombre de grandes entreprises font souvent bien peu cas du respect de la vie des employés, étant plus soucieux des performances des magasins pour organiser le flux tendu de la présence des employés lors de la présence des clients (voir notamment ce que disait Zynep Ton sur les limites de ces logiciels). Aux Etats-Unis, une nouvelle réglementation invite les entreprises à prêter attention à l’impact de ces logiciels sur la vie des employés… Mais il est bien difficile de changer les pratiques qui reposent sur le flux tendu, les effectifs réduits, les changements imprévisibles, la disponibilité continue… 

“Quand les employés se sont plaints, les managers ont blâmé les logiciels. Pourtant, ce n’était pas la faute de la technologie. Les employeurs ont investi dans des systèmes qui n’ont pas prêté attention aux conséquences sur la vie des employés”. Celle-ci n’était pas un critère de ces systèmes, explique Carrie Gleason, directrice de la Fair Work Week Initiative du Centre pour la démocratie populaire dans un article pour Medium

Or, cela a eut des conséquences assez désastreuses : absentéisme chronique, baisse de la productivité, service à la clientèle insatisfaisant… Pourtant les technologies de la planification peuvent tout à fait être programmées pour proposer des horaires stables, prévisibles, adaptés et efficaces, qui ne sont pas seulement bons pour les employés, mais aussi pour les ventes et la satisfaction de la clientèle. Mais pour cela, plus que de nouveaux outils, il faut adopter un nouveau paradigme. C’est ce à quoi s’attache l’initiative Fair Work Week qui a travaillé avec plusieurs entreprises, comme Starbucks pour construire un système de planification efficace tant pour les employés que pour les employeurs. Certes ce n’est pas si simple, explique la chercheuse en évoquant plusieurs grandes entreprises avec lesquelles elle travaille, montrant que quand on rééquilibre une chose, on en déséquilibre une autre… Pour que cela fonctionne, estime Carrie Gleason, il faut écouter les employés. “Pour réussir à identifier les bonnes pratiques qui devraient passer à l’échelle, les employés doivent avoir un rôle significatif dans l’évaluation des pratiques de leur entreprise et dans l’élaboration des politiques de planification horaires de leur entreprise”. Il faut leur donner une vraie voix dans le processus pour l’améliorer. 

À lire aussi sur internetactu.net

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.