Indicateurs urbains, tableaux de bords temps réels : connaître et gouverner les villes via l’open data et le big data

Le géographie Rob Kitchin (@robkitchin) responsable du programme “La ville programmable” vient de publier sur Slideshare une très intéressante présentation critique sur les indicateurs urbains. Un rapport (.pdf) récent du cabinet Jones Lang LaSalle faisait le point sur quelques 150 tableaux de bords urbains. Lui-même et son équipe ont créé via le programme Airo, un tableau de bord pour la ville de Dublin qui rassemble la plupart des indicateurs existants (ce tableau de bord n’est pour l’instant pas accessible). Mais autant de tableaux de bords, autant d’objectifs. Même si des efforts de normalisation (pour permettre d’établir des comparatifs) existent (à l’image de l’initiative CityIndicators), le chercheur rappelle combien ces données sont surtout normatives, tant sur ce qui devrait être mesuré, que sur les effets qu’elles sont censé produire sur le pilotage de l’action publique. Et le chercheur de rappeler que les données sont surtout réductionnistes, qu’elles mesurent certains phénomènes au détriment d’autres, et que leur développement remet en cause ou minore d’autres types d’enquêtes et d’instruments… Ces indicateurs se révèlent souvent opaques tant dans leurs méthodes que leurs sources. Mais ces critiques n’empêchent pas ses projets de tenter de se traduire en politique notamment parce que leur usage semble renforcer la rationalité des décisions politiques… Dans certains municipalités où ils sont utilisés, ces tableaux de bords favorisent de nouvelles formes managériales, où les chiffres sont utilisés pour discipliner les résultats. Dans d’autres, ils ont un rôle pour apporter du contexte plutôt que de simplement mesurer la performance, ce à quoi ils servent trop souvent.

À lire aussi sur internetactu.net

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.