« Imprimer des êtres humains » pour coloniser l’espace – Motherboard

La biologie synthétique nous a habitué à des projets délirants, mais celui-là, c’est sans doute le pompon. Adam Steltzner, l’ingénieur en chef du projet Curiosity au JPL (Jat Propulsion Laboratory) a déclaré récemment dans une conférence au Smithsonian Institute que la meilleure manière d’envoyer des humains vers les étoiles consisterait à les “imprimer” sur place.

Qu’est-ce que cela signifie ? En fait, le mot “reconstituer” serait plus approprié qu’“imprimer”. L’idée consisterait à intégrer dans le génome de bactéries certaines séquences de l’ADN humain, puis d’envoyer ces bactéries sur de lointaines planètes. Il est en effet établi que des microbes peuvent survivre à de longs trajets spatiaux.

Cette première partie serait envisageable techniquement, selon  Gary Ruvkun, généticien d’Harvard à l’origine de l’idée (en compagnie de l’inévitable George Church) , interviewé par la journaliste de Motherboard.

La suite on sait moins faire. Il faudrait en effet qu’une fois les séquences arrivées à destination, on trouve un moyen de réassembler celles-ci  pour recréer un être humain complet.

Il faudrait probablement, en l’absence de toute personne humaine susceptible d’effectuer la reconstruction, utiliser une technique d‘autoassemblage : les bactéries se regrouperaient “naturellement” et reconstitueraient par elles mêmes le génome. Inutile de dire qu’on n’a aucune idée de la méthode à suivre pour réaliser une telle chose.

Ajoutons aussi que le projet ne s’interroge apparemment pas sur qui éduquera ces humains “reconstitués” et comment ils seront capables de bâtir une civilisation. Et il ne répond pas à une autre question : Créer des humains sur une planète lointaine, dont on n’entendra plus jamais parler et qui ne nous connaitront pas, est ce vraiment pour l"humanité “conquérir les étoiles” ?

À lire aussi sur internetactu.net

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.