Que peut on faire avec le génome du café ? -New Scientist

Toute la presse en a parlé : on a séquencé le génome du café, dans sa variété robusta. Le New Scientist, lui, pose la question suivante : à quoi cela va-t-il servir ?

Il existe selon la revue américaine plusieurs raisons de vouloir “hacker” le génome du café.

Tout d’abord, cela pourrait accélérer la création de nouvelles variétés, plus résistantes au réchauffement climatique. La plante est en effet très sensible aux changements de température. Ainsi, la culture de l’arabica, un café haut de gamme hybride de robusta et d’autres espèces, voit sa culture repoussée vers les montagnes au fur et à mesure du réchauffement, et il existe de moins en moins de terres susceptibles d’accueillir ces caféiers. D’où l’intérêt de modifier les gènes du café pour le protéger contre la catastrophe climatique.

Ensuite il deviendrait possible de changer le taux de caféine. En effet, selon le New Scientist, il y a une demande importante pour un café léger en caféine, mais aussi bon en gout que les variétés plus fortes.

Autre possibilité : le café consommé, nous explique la revue, est un mélange d’arabica pour le goût et de robusta pour la caféine. Il serait envisageable d’augmenter la dose de caféine dans le robusta. Du coup, on aurait moins à en mettre dans le mélange et donc on pourrait y mettre plus d’arabica et rendre le café plus savoureux…

Enfin, on peut imaginer d’améliorer le café en changeant directement certaines de ses propriétés. Ainsi, 5 % de la fève de café est composée d’acide chlorogénique, qui n’a pas un bon goût. Il pourrait être possible de s’en débarrasser…

À lire aussi sur internetactu.net

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.