La bataille de l’étiquetage nutritionnel – Le Monde

“Entre la fin de l’année et le printemps 2015, tous les produits préemballés de marque Carrefour (600 à 700 au total) seront siglés d’un pictogramme de couleur verte, bleue, orange ou violette, en forme de pyramide inversé. Riz, plats préparés et autres boîtes de conserve porteront aussi une indication de fréquence d’utilisation associée à chaque couleur : « trois fois par jour », « deux fois par jour », « une fois par jour » et « de temps en temps ».

Le débat sur l’étiquetage nutritionnel n’est pas nouveau. L’idée ? Rénover le système actuel, qui fait état de la teneur en calories, lipides, protéines…, dans des tableaux chiffrés illisibles.”

Reste, que, nous explique Le Monde, cette innovation lancée par Carrefour ne doit rien au hasard. C’est une mesure phare du projet de loi de santé prévue pour la mi-octobre et qui fait référence aux travaux du professeur Serge Hercberg (voir son rapport .pdf) s’inspirant du modèle britannique à trois couleurs (les “feux tricolores”), et qui proposait un code de cinq couleurs, du vert pour les aliments qui présentent la meilleure qualité nutritionnelle au rouge pour les moins bons.

“Carrefour, lui, a choisi de se baser sur le système préconisé par le professeur Hercberg, mais avec seulement quatre catégories, et d’y ajouter ses propres indications sur la fréquence de consommation des produits.” Le risque : que chacun créé son propre code au détriment de la clarté pour les consommateurs, s’inquiètent également les associations de consommateurs. 

La base de donnée collaborative Open Food Facts propose aussi de se mêler de ce sujet. Et a déjà lancé un score nutritionnel expérimental…

MAJ : Le Monde.fr revient à nouveau sur le sujet.

À lire aussi sur internetactu.net

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.