ProspecTIC 2010 : Robots, agents, objets « intelligents » et communicants

Lire et commenter le sixième chapitre de ProspecTIC 2010 : Robots,
agents, objets « intelligents » et communicants
.

En synthèse

  • Les objets communicants et « intelligents » se multiplient et envahissent notre quotidien. Des tags Rfid permettent de localiser et d’identifier un grand nombre d’objets. Dotés de capteurs et d’actionneurs, des machines de toutes catégories et de toutes tailles rendent, seules ou de manière collective, des services nouveaux.
  • Le nombre des robots devrait fortement augmenter, aussi bien à la maison (robots de compagnie, de service), dans les ateliers et les entrepôts, que dans les lieux dangereux (du champ de bataille aux usines nucléaires en passant par les catastrophes naturelles).
  • Dotées d’une certaine autonomie, de capacités d’apprentissage et d’évolution, de réplication et de collaboration, les machines et les agents logiciels s’engagent dans des cycles qui ressemblent à ceux de l’évolution, ce qui deviendra vraissemblablement un sujet de débat public dans les années à venir.

Extraits

Objets communicants
A terme, il est probable que la majorité des objets seront équipés de « tags » (étiquettes, labels électroniques) passifs (qui ne sont activés que lorsqu’ils sont lus, notamment à des fins d’identification) ou actifs (dotés d’une batterie et capables de se signaler à d’autres et d’agir de manière autonome), que divers dispositifs de communication seront capables de repérer, lire, interpréter et éventuellement, de modifier. (…)

La miniaturisation des puces, la généralisation de la connectivité avec et sans-fil et le développement de capteurs et actionneurs ouvrent ainsi la voie aux objets « intelligents » et « communicants », capables de sentir et d’agir sur leur environnement (qu’il s’agisse d’un espace physique, d’une machine, d’une chaîne de production ou de notre corps), ainsi que de se relier en réseau les uns aux autres. (…)

Agent intelligent

Un agent intelligent est un élément de programme autonome qui comprend à la fois son code et ses données propres, capable de prendre des décisions sans intervention extérieure directe (par exemple des agents de recherche sur le web). Les agents font des choix pour atteindre des objectifs qui leur ont été fixé au départ. Un agent peut être mobile et se déplacer de machine en machine via le net ou bien résider dans une machine (un robot). Il peut ainsi réaliser certaines tâches, même complexes, à la place des utilisateurs. (…)

Quoi qu’il en soit, l’autonomie (même relative) des agents, leur capacité d’apprentissage et de réplication, leur faculté de se propager dans le monde matériel grâce à la robotique ou encore, de se constituer en société (systèmes massivement multi-agents), insèrent bien les systèmes techniques dans des processus qui ressemblent à celui de l’évolution. (…)

Autonomic Computing
Dans un contexte où les puces se multiplient à l’infini, leur nombre dépassant de plusieurs ordres de grandeur le nombre d’êtres humains sur la planète, il devient vital de faire en sorte que l’administration de ces machines, et des réseaux (de proximité, au moins) qui les relient, ne requière pratiquement pas de travail. L’autonomic computing consiste donc à rendre les ordinateurs (au sens large) capables de se configurer, d’optimiser leur propre fonctionnement, de redémarrer et se réparer en cas de problème, de se protéger, tout seuls – et d’appliquer collectivement ces capacités aux réseaux, eux-mêmes auto-organisés, qui les relient. (…)

Robots

Les usages des robots, domestiques et professionnels, civils et militaires, se multiplieront dans les années à venir. Ils assisteront les handicapés et les personnes âgées, surveilleront nos maisons, interviendront à la place des pompiers (ou des soldats) dans des environnements dangereux, inspecteront des tuyauteries ou répareront des organes endommagés. (…)

Outre la miniaturisation, trois grands courants d’évolution des robots apparaissent particulièrement marquants  :

  • Le biomimétisme, qui copie le vivant dans le double but d’exploiter les capacités individuelles ou collectives de certains organismes et de rendre plus naturelle l’interaction avec les humains (…) ;
  • Des progrès importants dans l’intelligence artificielle évolutive, qui permet aux robots d’apprendre et de s’adapter à leur environnement et aux attentes de leurs propriétaires (…) ;
  • La coopération entre les robots (…).

Nous n’échapperons pas aux objets communicants ! Mais comment gèrerons-nous la confidentialité des données dans les poussières intelligentes ? Comment réguler et maîtriser les données échangées par les capteurs-actionneurs ? Comment contrôler les agents intelligents ? Seront-ils être véritablement autonome, comme les réseaux ? Les robots en resteront-ils au stade d’outils évolués, extension technologique de l’homme, comme Hinokio, où réaliseront-ils le rêve d’Isaac Asimov en prenant conscience d’eux-mêmes ?

Venez réagir et collaborer à PropecTIC 2010, l’exercice de prospective de la Fing et de l’Irepp.

À lire aussi sur internetactu.net

1 commentaire

  1. Je souhaiterai avoir amples informations sur la robotisation qui entrainarait une forte suppression d’emploi dans le monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *