ProspecTIC 2010 : Sécurité / Ouverture

Lire et commenter le vingtième chapitre de ProspecTic 2010 : Sécurité / Ouverture.

En intégralité

Plus l’internet croît et devient le support d’applications et d’usages essentiels, plus la sécurité devient une préoccupation majeure : sécurité des personnes face aux pollutions (spam), incivilités (virus) et vols (fraudes, usurpations d’identité…), ainsi qu’aux intrusions dans leur vie privée ; sécurité des entreprises face au vandalisme, à l’espionnage ou au sabotage informatiques ; sécurité des fournisseurs de logiciels et de contenus numériques face à la contrefaçon ; sécurité des Etats dans la protection de leurs infrastructures et informations critiques, ainsi que face à l’usage des réseaux par les terroristes et les réseaux mafieux…

Cette préoccupation va jusqu’à remettre en cause plusieurs éléments fondamentaux sur lesquels se sont construites jusqu’ici les technologies de l’information et de la communication.

Le PC tel que nous le connaissons, qui est un assemblage de composants standardisés aux interfaces publiques, ouvert au bricolage et à une diversité infinie d’usages, pourrait se transformer en une « plate-forme de confiance ». On imagine sans difficulté comment de tels dispositifs, censés protéger l’utilisateur contre les intrusions ou les logiciels malveillants, pourraient aussi être utilisés à des fins commerciales ou policières.

L’internet tel que nous le connaissons est aussi un assemblage de machines reliées par des standards, d’une manière extrêmement souple : pour faire partie de l’internet, il suffit de se relier à une machine qui en fait déjà partie, d’utiliser le protocole IP et de suivre les procédures administratives destinées à obtenir une adresse IP publique. Mais plusieurs projets visent à installer au cœur de l’internet des dispositifs de sécurité, d’authentification des utilisateurs, de contrôle des échanges, voire d’écoute, qui auraient également pour conséquence de rendre l’ensemble beaucoup moins souple et ouvert.

A l’inverse, certains experts considèrent que de telles approches peuvent avoir pour conséquence d’augmenter les risques en fondant la sécurité sur un petit nombre de systèmes et de dispositifs, qu’il devient d’autant plus tentant d’attaquer et dont la compromission aura des conséquences d’autant plus graves. La sécurité dans l’internet de demain s’obtiendrait à nouveau aux extrémités (sur chaque appareil, dans chaque objet numérique, dans chaque échange), en tenant compte à chaque fois de la nature de l’échange, de la communauté dans laquelle il se déroule, de la confiance existant ou non entre les interlocuteurs. De telles approches visent ainsi à concilier l’ouverture actuelle des architectures techniques avec la réponse aux besoins de sécurité, mais aussi à tenir compte de la distribution et de la mobilité croissantes de l’intelligence et des réseaux, qui rendent très difficilement praticables les approches centralisatrices.

Venez réagir et collaborer à ProspecTic 2010, l’exercice de prospective de la Fing et de l’Irepp.

À lire aussi sur internetactu.net

0 commentaires

  1. voici un sujet parmis tant d’autres qui nous pousse à réfléchir, à nous demander parfois quel est l’enjeu de certains biens matériels, car si la technologie à un sens dans le but de faire avancer le progrés, « ce que nous penssons en premier », il faut se dire que l’on multiplie la commerçialisation de nouvelles choses (ceci trés vite par rapport à il y a 15 ans à peine), des services du genre, modem, mobiles, et autres..
    Le probléme étant que ces inovations sont récente et qu’ elles possédent déjà plusieurs failles de sorte que le citoyen ou le consomateur n’est pas protégé lui méme, ses systémes ne peuvent étre fiable méme pour un minimum, avantageux pour les intérets de certains, qui peuvent pratiquer une nouvelle forme d’espionnage, de renseignement, et d’arnaques! ou qu’on soit on peu nous réperer partout car nous laissons des traces inconsciament de notre presence, sur internet, sur un portable, car il est possible de suivre à la trace n’importe qui. Ce n’est que le début! Ce que je pense c’est qu’un SDF aussi malheureux qu’il soit, et plus libre que nous, un écart se creuse de plus en plus entre lui et nous, car il n’existe pas au yeux de la société, pas d’adresse, d’activité informatique, de téléphone portable pour étre écouté, surveillé, aucun moyen pratiquement d’avoir un controle sur lui! par conséquent malgré sa situation il est plus libre que nous! car le théme de ce sujet et le control que le systémes à sur nous et sur notre consomation, tous est la! on nous vends mieux des appareils sophistiqué pour pouvoir nous controlé à distance, voici ce que je pense, et contre cela ma solution c’est de m’évader de mon esprit de temps en temps, et de regarder aussi souvent que possible le monde de mes propres yeux plutot que simplement devant une télévision, des publicités, ou encore des journaux qui se contrediront dans l’information. pour finir d’un point de vu personnel je crois sincerement que la prise de consciense et d’autant plus importante si elle est grande, c’est important de s’intéroger et de se poser des questions, à 20 ans on sait que l’on à la vie devant pour le faire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *