Le web 2.0 japonais

PingMag, un magazine en ligne sur le design entre Japon et Occident, a accompli un instructif article sur le web 2.0 au Japon. Un secteur où les Japonais étaient restés encore relativement discret, plutôt occupés à développer des services mobiles que des services web. Ceux-ci pointent néanmoins le bout de leur nez et le Japon commence son rattrapage.

Apprenez donc que MySpace au pays du Soleil Levant, se dit Mixi ou Gree ; Odeo ou Podcast alley se dit ZapZap ; 37 signals se dit CheckPad ; Netvibes se dit StartForce ; Del.icio.us se dit Hatena ; Technorati Kizasi et TechCrunch se dit Techcrunch ou 100shiki.

À lire aussi sur internetactu.net

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *