Regarder les villes… autrement

Barcelone Accessible : exemple de photo envoyée et de géolocalisation associéeBarcelone Accessible a remporté l’un des grands prix du festival d’art numérique international Ars Electronica. Cette initiative, conduite par une quarantaine de personnes à mobilité réduite, est une cartographie des obstacles et lieux inaccessibles aux handicapés dans la ville de Barcelone. Depuis décembre 2005, les participants ont pris des centaines de clichés et de fichiers sonores, via leurs téléphones portables, et ont dressé un repérage cartographique des obstacles. Comme le souligne Societiq, ce projet solidaire et bénévole n’a récolté pas moins de 3 500 contributions (via Smart Mobs).

Rome Temps Réel, exemple d\'affichage.Rome Temps Réel est un tout autre projet, mais qui lui aussi donne une autre approche d’une grande ville européenne. Développé par le Massachusetts Institute of Technology (MIT), le projet exposé à la Biennale d’art contemporain de Venise a pour ambition de mieux comprendre les modèles qui sous-tendent la vie quotidienne romaine grâce à des représentations cartographiques dynamiques. « Aujourd’hui, les communications mobiles créent de nouvelles dimensions d’interconnexion entre les gens, les lieux et les infrastructures urbaines », explique Carlo Ratti, du SenseAble City Lab du MIT. Le but du projet, comme l’explique CNet, est d’utiliser toutes les formes de connexions disponibles pour cartographier la ville en temps réel. Des écrans surveillent ainsi le trafic et les embouteillages, d’autres les mouvements des transports publics, d’autres les déplacements des touristes…

Voir également le reportage photo de Cnet.

Tag : .

À lire aussi sur internetactu.net

0 commentaires

  1. De la même manière que Barcelone Accessible et Rome Temps Reel, de nombreux projets proposent aux usagers de cartographier ou d’indexer les lieux et objets qui les entourent. On peut citer la notion de blogject déja traitée sur internetactu ou encore le projet de Ulla Maria Mutanen nommé Thinglink.

    De la même manière que google indexe des pages web à partir de mots clefs, le site Thinglink propose aux usagers de marquer les objets de leur quotidien avec un code (code barre ou RFID) . En marquant ainsi les objets qu’ils créent, qu’ils possèdent ou avec lesquels ils sont en contact, les utilisateurs du site étendent ainsi leur réseau social au monde physique.

    Outre la représentation cartographique dans le but de l’accessibilité ou de la compréhension des structures sociales, les nouveaux concepts de blogjects ou thinglink proposent de batir l’internet des choses (internet of things) ou encore le web physique. Ce n’est pas sans rappeler certains scénarios futuristes qui envisagent l’évolution des GoogleBots (robots d’indexation de google) en vrai robot qui parcoureraient les magasins à la recherche de contenu !

    Le projet:
    http://www.thinglink.org:80/about

    Le blog:
    http://ullamaaria.typepad.com/thinglink/

    GoogleRobotsFAQ
    http://blog.outer-court.com/googlerobot/
    cité ici https://www.internetactu.net/?p=6346

    Blogjects:
    https://www.internetactu.net/?p=6370

  2. On peut actuellement voir à la biennale d’architecture de Venise exposé le projet de Realtime Rome mais aussi d’autres villes sauf Paris… Dans cet espace d’exposition, il est bien dommage de lire que WJ Mitchel du MIT travaille avec la RATP dans ce sens mais aucuns documents visibles dans cette manifestation. A propos de la Ville Interactive et en introduction par rapport à Mitchel, je vous invite à lire ma dernière communication cet été dans la Silicon Valley à ISEA/ZeroOne
    http://www.intelligentagent.com/archive/ia6_2_interactivecity_ancel_shanghai.pdf
    et pour une approche plus parisienne et artistique voici un autre texte
    http://www.sklunk.net/FRANCK-ANCEL
    sinon à propos de Rome ville ouverte le lien direct
    http://web.mit.edu/newsoffice/2006/realtime-rome.html

  3. On peut actuellement voir à la biennale d’architecture de Venise exposé le projet de Realtime Rome mais aussi d’autres villes sauf Paris…
    Dans cet espace d’exposition, il est bien dommage de lire que WJ Mitchel du MIT travaille avec la RATP dans ce sens mais aucuns documents visibles dans cette manifestation.
    A propos de la Ville Interactive et en introduction par rapport à Mitchel, je vous invite à lire ma dernière communication cet été dans la Silicon Valley à ISEA/ZeroOne
    http://www.intelligentagent.com/archive/ia6_2_interactivecity_ancel_shanghai.pdf
    et pour une approche plus parisienne et artistique voici un autre texte
    http://www.sklunk.net/FRANCK-ANCEL

    sinon à propos de Rome ville ouverte un lien direct
    http://web.mit.edu/newsoffice/2006/realtime-rome.html

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *