Plusieurs écoles américaines reviennent sur leurs programmes de distribution de portables

Trop coûteux, trop de casse, trop d’usages non-pédagogiques… et en définitive, des résultats scolaires qui ne s’améliorent guère : de nombreux Etats et Comtés des Etats-Unis qui avaient massivement distribué des ordinateurs portables à leurs élèves du secondaire (high school) sont tentés d’abandonner, explique le New York Times.

Plusieurs études démontreraient en effet que la possession de PC portables ne change rien aux résultats des élèves, sauf peut-être à ceux des meilleurs élèves, qui en tirent le meilleur profit. Les enseignants ont même parfois le sentiment que l’ordinateur fait obstacle à leur relation directe avec les élèves. En outre, les coûts associés à de tels programmes sont beaucoup plus élevés que prévus : remplacement et réparation, assistance aux utilisateurs, formation des enseignants, sécurité des réseaux contre les attaques et virus, mais également pour limiter l’accès aux jeux, sites porno et autres messageries instantanées…

Retour au bon vieux tableau noir, donc ? Pas tout à fait. Les écoles réfléchissent à d’autres formules, comme l’augmentation de leur parc d’ordinateurs partagés, l’élargissement des horaires d’accès aux salles informatiques ou encore, l’utilisation d’autres terminaux. Sans non plus manquer de reconnaître que dans cet échec relatif, l’absence d’évolution pédagogique joue un rôle non négligeable.

À lire aussi sur internetactu.net

0 commentaires

  1. Tiens, comme c’est étrange !
    Ils n’avaient donc aucun informaticien expérimenté et désintéressé pour les conseiller ?
    Car il ne fallait pas être grand clerc pour prévoir ce résultat …

  2. Tiens, le plan informatique pour tous version U.S. L’ordinateur pour élève reste à inventer, il faudrait qu’il soit solide, aussi simple à utiliser que le couple papier crayon (et aussi autonome en énergie), blindés contre virus et autres joyeuseté, mais de toute façon, rien ne remplace encore le contact avec le prof … et les griboullis sur les cahier de cours.

  3. Comme le dit crument un enseignant cité par DailyTech : « Là où l’usage des portables et d’Internet font la différence, c’est sur la créativité, l’autonomie et la capacité de recherche. Si l’objectif est d’amener les élèves à un niveau minimal, alors il semble que les portables ne soient pas le bon outil. Mais si l’objectif est de faire émerger des Georges Lucas et des Steve Jobs, alors ils sont très utiles. » Via Homo-Numericus.

  4. le portable n’est pas la panacée s’il ne s’accompagne pas de modification profonde l’acte d’enseigner..

    une relation constructive d’apprentissage peut s’établir entre un élève et un professeur si et seulement si le professeur peut comprendre là où l’élève a échoué..

    nous devons être en mesure de lire les traces laissée par l’élève lors de sa réflexion pour comprendre l’échec il faut le reconstruire pour le déconstruire..

    alors là l’objet numérique d’éducation a toute son importance, car il laisse les traces numériques visibles, il reste a développer le process qui nous permettrait de lire les traces pour ensuite les anlayser… un avenir à venir !

    je crois beaucoup au baladeur mp4 et environnement numérique embarqué qui se connecte sur n’importe quelle station pour ensuite repartir dans la poche de l’élève qui peut le connecter sur tout ordinateur relié à l’internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *