Chercher en équipe

« La plupart de nos outils, comme les moteurs de recherche, sont conçus pour une personne seule, travaillant seule, mais ce n’est pas la seule façon dont nous travaillons », explique Meredith Morris, chercheuse au groupe des systèmes adaptatifs et des interactions de Microsoft Research.

searchtogethermicrosoftresearch.jpgAprès avoir observé les problèmes liés à la recherche collaborative (efforts redondants, inefficacité des outils de communication…), elle a développé SearchTogether (chercher ensemble), un outil pour faciliter la recherche collaborative synchrone ou asynchrone, qui fonctionne comme un plug-in d’Internet Explorer. L’outil trace les recherches faites par le groupe et permet à l’initiateur d’une recherche d’assigner des tâches à chacun et de suivre les résultats de tous les membres du groupe.

Mais pour Madhu Reddy, doctorant à l’université d’Etat de Pennsylvanie, qui travaille également à développer un moteur de recherche multi-utilisateurs, les groupes ont du mal à se répartir les tâches de recherche et à synthétiser leurs résultats. Selon lui, la plupart de nos interactions dans le monde réel sont gestuelles. Un bon outil de recherche collaboratif doit compenser l’absence de geste, quand notamment, un membre du groupe veut pointer un item d’une page web. En fait, remarque-t-il, « nous ne savons toujours pas très bien comment les gens collaborent ».

Via la Technology Review.

À lire aussi sur internetactu.net

0 commentaires

  1. La recherche collaborative existe déjà, parfois à notre insu… On appelle çà du bookmarking social ;o)

    Je m’explique ; sur Delicious, j’ai surtout ajouté à mon « network » des personnes qui bookmarkent dans mes centres d’interet. Idem sur Slideshare, Flickr, et d’autres services de partage. Ensuite, via Lijit, je peux fusionner mes networks et lancer une recherche sur cette base de données crée sur-mesure à mes besoins :o)

  2. Comme toujours en terme de travail collaboratif, il faut distinguer le synchrone (simultané) de l’asynchrone (différé).

    Le social bookmarking répond aux besoins de l’asynchrone, mais reste juste un indicateur de qui aime quoi.

    Par contre les outils de web conferencing, qui permettent de pertager en temps réel uné cran, avec éventuellement différents curseurs sur l’écran, et de soutils de communication (chat, tableau blanc, etc.) répondent parfaitement à ce besoinde collaboration synchrone.
    Et ils permettent de pallier à ce besoin de »geste » en utilisant un curseur visible par tous pour pointer sur ce que l’on souhaite mettre en avant.

  3. @FastViewer: j’ai remarqué à plusieurs reprises, que des amis de mes networks qui remarquaient mon centre d’interet du moment (via mes partages), faisaient dans la foulée des recherches sur le même thème et partagez leurs résultats avec un évident clin d’oeil dans leurs commentaires… La fonction « for » de Delicious permet celà facilement. On n’est pas loin d’une collaboration synchrone, non ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *