Quand les pages web se génèrent toutes seules

On connaissait déjà des logiciels ou des robots sachant évoluer et muter pour mener à bien une tâche de manière efficace, sans avoir besoin de l’intervention d’un programmeur. On connaît aussi les sites web personnalisables, qui se souviennent de vos passages sur leurs pages et qui personnalisent leur contenu au gré de votre navigation. CreativeSynthesis propose d’aller un cran plus loin, rapporte-le DailyTelegraph à la suite du NewScientist : créer un site web qui transforme ses couleurs, ses polices et ses liens en réponse à l’activité non pas d’un internaute, comme c’est le cas avec les sites personnalisables, mais de l’activité de tous les internautes (lire les explications des auteurs).

Le logiciel adopte le principe des algorithmes évolutifs, qui reproduisent le procédé de l’évolution naturelle, explique le site de l’Atelier. Outre le suivi des clics sur le site, le dispositif est combiné à un système de suivit des mouvements de la souris, qui est capable de déterminer les contenus devant lesquels l’utilisateur hésite. Les chercheurs ont permis à une vingtaine de personnes de créer leur blog et leur évolution a été laissée aux mains du logiciel. Si les premiers résultats étaient parfois étonnants (couleurs discordantes, multiplication des polices différentes), ils se se sont progressivement affinés, au gré des visites. Le logiciel élimine les concordances qui ont le moins bon résultat par ceux qui fonctionnent le mieux. Mais pas seulement, des éléments aléatoires sont introduits pour que le système ne se focalise pas sur ce que les gens veulent le plus voir, mais laisse aussi libre court à un peu de créativité et de surprise.

« La plupart des exemples de l’utilisation des algorithmes génétiques sont de faire quelque chose et puis de montrer le résultat de l’interaction. Nous voulons que la créativité humaine soit une force motrice dans le processus d’évolution génétique de l’ordinateur. Ainsi, alors que les pages web continuent de grossir, il est encore important de savoir si les humains peuvent prendre soin d’elles et s’ils peuvent influencer cette croissance de manière significative », indique Matthew Hockenberry, le directeur de CreativeSynthesis.

À lire aussi sur internetactu.net

0 commentaires

  1. Très intéressant mais « suivi » ne prend pas de « t ». Y aura-t-il un jour une révolution de l’orthographe sur le web ?

  2. Bonjour,

    Article très intéressant, la question que je me pose : Le problème réel de l’attrait d’un site Web pour un visiteur n’est-il pas le contenu plutôt que la forme ? Certes changer la police ou faire disparaître le bloc de pub pourra contenter les visiteurs 2 minutes (si ils se décident à revenir…) mais au final, le contenu dépendra toujours de la ligne éditoriale du site et la le système ne propose pas réellement de solution ou alors j’achète tout de suite : un site capable d’adapter son contenu à la demande des visiteurs…

    – Yohan

  3. Merci de votre vigilance Henriette. On a beau les pourchasser, elles arrivent toujours à passer ces maudites fautes. Et je reconnais bien humblement être un mauvais contributeur à la qualité de la grammaire et à l’orthographe française. Mais j’essaye de faire des efforts.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *