L’empreinte du chômage dans les médias sociaux – arXiv.org

Peut-on déduire des usages localisés des médias sociaux, selon leur rythme diurne d’utilisation, les modèles de déplacements, et les styles d’échanges entre les utilisateurs selon leur localisation la part de chômage de la population ? Oui, répondent des chercheurs qui ont étudiés 145 millions de messages géolocalisés espagnols. Les régions où les flux de mobilité sont plus divers, où les rythmes diurnes sont plus matinaux et les messages grammaticalement plus construits ont des taux de chômage plus faibles. 

MAJ : La Technology Review a fait un article sur le sujet. Un autre article de recherche a utilisé des données provenant d’opérateurs téléphoniques pour montrer l’impact du chômage sur les comportements sociaux des personnes : baisse de mobilité et des relations sociales, permettant d’améliorer les prédictions d’indicateurs économiques critiques au niveau macro.

À lire aussi sur internetactu.net

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.