La pénurie d’informaticiens… un mythe ? – Rue89

Mathieu Deslandes pour Rue89 interview Régis Granarolo, président du Munci, une association d’informaticiens, qui explique qu’il y aurait entre 45 et 55 000 informaticiens au chômage en France, notamment des plus de 40 ans et des bac +2 ou bac +3 (où le taux de chômage atteint 14 %), beaucoup moins les bac+5 et les ingénieurs du secteur. Granarolo revient sur l’étude de McKinsey et Google de 2011 qui annonçait 450 000 créations d’emplois dans le numérique entre 2011 et 2015 : “au bout de trois ans, on n’a pas dépassé les 60 000”.  

“Mais entretenir ce genre de fantasmes permet aux chefs d’entreprise d’avoir en permanence un vivier de jeunes candidats bien formés et pas chers. Ce discours est aussi un moyen de légitimer le recours à l’off-shore et à l’immigration économique depuis les pays à bas coûts, et de toucher des aides publiques pour former à la va-vite des non-informaticiens à nos métiers.

La réalité, c’est qu’il y a, en France, un sureffectif d’étudiants formés à nos métiers.”

Dans l’informatique, 4 offres d’emplois sur 5 ne correspondent à aucun poste disponible (mais servent à se constituer des CVthèques au cas où les entreprises emporteraient un appel d’offre). Les SSII se plaignent d’avoir du mal à recruter, mais leurs critères de sélection sont draconiens et leurs offres pas toujours très appréciées du fait de leur mauvaise image. Certains profils très spécialisés sont effectivement en pénurie, mais ces secteurs sont marginaux. 

À lire aussi sur internetactu.net

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.