Linked-in aux prises avec les réseaux – New York Times

Linked-in, le réseau social du recrutement propose a ses abonnées premium le service Reference Search, un service qui permet au recruteur de générer une liste de personne qui ont travaillé dans la même société au même moment qu’un candidat qu’ils s’apprêtent à recruter et leur permettant de discuter par messagerie avec ces personnes, sans que le candidat soit au courant. Un procédé qui n’est pas du goût de candidats qui se sont vu ainsi refuser des postes, sans possibilité de s’opposer à la véracité des informations ainsi recueillies et qui poursuivent le réseau en justice. En facilitant la mise en réseau des candidats, Linked-in permet d’accéder bien plus facilement à leurs réseaux… Le problème est que ces “références de confiance” générées par le site ne le sont pas tant que cela… Un avocat en fait la démonstration à la journaliste du New York Times qui relate l’affaire, en faisant une recherche de référence sur son nom. Dans la liste de 43 personnes qui a travaillé en même temps dans le même journal qu’elle, elle n’en connaissait réellement que 4 et aucun n’avait réellement travaillé avec elle ! Linked-in peut-elle décider pour les gens ceux qui sont censé les avoir connus ? Une belle illustration des limites du potentiel des mises en relations automatiques ! 

À lire aussi sur internetactu.net

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.