Quelques solides raisons de penser que la révolution digitale n’aura pas lieu dans l’automobile – Gerpisa

Bernard Jullien, directeur du Gerpisa (Groupe d’étude et de recherche permanent sur l’industrie et les salariés de l’automobile), revient sur son blog sur l’engouement pour le véhicule autonome, qui est appelé à redynamiser le secteur automobile pour les 50 prochaines années. Mais quelle est l’influence des technologies sur la demande automobile, interroge Bernard Jullien. Jusqu’à présent, les révolutions annoncées dans l’automobile n’ont jamais eu lieu. Et l’auteur de se référer à une thèse sur le véhicule électrique, qui entre 2008 et 2013 annonçait la révolution du secteur automobile. Or, “à chaque fois que nous croyons détecter sur le plan logique de très solides raisons pour que l’industrie automobile redéfinisse profondément son "paradigme”, nous devons constater trois ou cinq ans plus tard qu’il n’en a rien été", constatent les experts du Gerpisa. Pourtant, la liste des raisons d’entamer une profonde mutation du secteur est longue, allant de l’explosion des prix des matières premières aux problèmes de congestions… Malgré ces défis majeurs, l’industrie automobile les intègre sans renoncer à ces caractéristiques fondamentales. La plupart du temps ces “révolutions” ne permettent même pas à de nouveaux acteurs d’apparaître et encore moins de remise en cause des modes d’accès à l’automobile (la propriété). Les solutions de continuité sont plus fortes que les changements radicaux.     

À lire aussi sur internetactu.net

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.