La technologie ne rend pas la vie plus stressante – New York Times

Claire Cain Miller pour le New York Times revient sur une étude du Pew Research Center et de l’université Rutgers qui remarque que les utilisateurs d’internet et des médias sociaux n’ont pas un niveau de stress plus élevé que ceux qui les utilisent moins souvent. 

“La peur de manquer quelque chose et la jalousie envers nos amis qui semblent vivre de meilleures vacances ou avoir des enfants plus heureux que les autres ne semble pas s’avérer vraie”, estime Lee Rainie, directeur de recherche au Pew et auteur de l’étude. Seule exception, quand les utilisateurs de Facebook ont de mauvaises nouvelles de proches, liées à la maladie ou au chômage par exemple. Les nouvelles technologies rend nos vies différentes, mais pas plus stressantes. Si nous continuons à croire le contraire, c’est parce que nous surestimons l’effet des technologies dans nos vies, estiment les auteurs de l’étude. 

Pour réaliser leur étude, les chercheurs ont mesuré le niveau de stress d’un groupe représentatif. Puis l’ont comparé à leur fréquence d’utilisation de la technologie. Ils n’ont constaté aucune corrélation. Pire, pour les femmes qui utilisent fréquemment Twitter, l’e-mail et les applications de partage de photo, celles-ci se sont avérées beaucoup moins stressées que celles qui ne les utilisent pas. Ce pourrait être lié au fait qu’elle partage des événements de la vie améliore le bien être, et les femmes ont tendance à le faire à la fois en ligne et hors ligne. Les médias sociaux, notamment Facebook, augmentent le stress sur un point : ils rendent les gens plus conscients des traumatismes qui arrivent dans la vie de leurs amis proches. Un constat qui renforce l’idée que le stress est contagieux. Mais quand les utilisateurs de médias sociaux ont été exposés à des événements stressants de la vie de personnes qui n’étaient pas des amis proches, les utilisateurs n’ont pas été sur-stressés. 

Pour la psychologue Susan Pinker, auteur de L’effet village : comment le contact en face à face nous rend plus sains, heureux et intelligents, la technologie ne peut pas remplacer l’interaction humaine dans des situations stressantes. Une étude de l’université du Wisconsin a comparé le niveau de stress d’enfants selon qu’ils téléphonaient ou envoyaient des SMS à leur mère après une situation stressante et a montré une diminution du stress et une augmentation des sentiments positifs chez ceux qui ont parlé au téléphone plus fortes que chez les autres. C’est certainement lié à la communication non-verbale, estime la psychologue. 

 

À lire aussi sur internetactu.net

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.