Insularité vs. ouverture : le dilemme des lieux de savoir et d’innovation – EchoSciences

L’ubaniste Raphaël Besson (dont nous avions déjà signalé cet intéressant article) revient pour EcoSciences sur l’histoire des lieux de savoir et d’innovation pour montrer que, contrairement à leurs ancêtres, les espaces de savoir contemporains ont tendance à se concentrer au coeur des villes. mais surtout qu’ils se conçoivent moins comme des lieux de retraites que comme des espaces ouverts à même de stimuler les rencontres informelles entre des acteurs hétérogènes, enfin qu’ils se conçoivent moins dans des lieux solennels que dans des espaces informels et dédiés à la vie communautaire. Ces nouveaux lieux de savoirs sont moins pensés pour eux-mêmes, que dans une perspective de création de valeur économique et qu’ils sont plus des laboratoires d’expérimentations des technologies que seulement des lieux les mettant en scène. 

“Les districts technologiques, les Tiers Lieux, les quartiers créatifs et de l’innovation, remettent en cause des siècles d’interprétation des espaces de savoir comme des lieux isolés, clos et éloignés des tumultes de la vie sociale.”

À lire aussi sur internetactu.net

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.