L’internet de soi – ComputerWorld

Quand la mesure de soi (quantified self) croise l’internet des objets, cela donne naissance à un nouvel internet : l’internet de soi (Internet of Self), estime Mike Elgan pour ComputerWorld. “Le monde devient une extension de soi”. Le signaux du corps deviennent le moyen de contrôler son environnement, en envoyant des données pour commander les objets connectés, sans que vous n’ayez plus besoin d’en prendre la décision.  Mike Elgan donne l’exemple de l’ampoule connectée Bolt de Misfit qui peut, via un bracelet ad-hoc ou son smartphone, se prolonger avec une application de suivi de sommeil qui va allumer progressivement la lampe quand vous vous réveillez, en respectant vos cycles de sommeil. Votre corps biologique commande l’ampoule. 

L’Institut de biomécanique de Valence, en Espagne, a un projet baptisé Harken, qui consiste à intégrer des capteurs cardiaques et de respiration aux ceintures de sécurité et aux tissus des sièges de nos voitures. Le but : que la voiture se gare automatiquement quand vous vous endormez ou quand vous êtes trop stressé (pour l’instant, elle déclenche seulement une alerte sonore pour vous réveiller). Volvo travaille à un système similaire depuis des capteurs infrarouges installés dans le rétroviseur…

Reste à savoir si ces objets seront des extensions de notre corps, dont on gardera le contrôle, ou des objets répondants à des capteurs contre notre gré ? Pour Mike Elgan, l’internet de soi, ce mélange de l’internet des objets et du quantified self, est la prochaine révolution à venir… Pas sûr que cette nouvelle étape de l’automatisation fasse rêver. 

À lire aussi sur internetactu.net

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.