Les vertiges du transhumanisme – LeMonde.fr

Corinne Lesnes pour Le Monde dresse une bonne synthèse de l’histoire et des enjeux du transhumanisme. 

“Sur le plan politique, les transhumanistes voient grand, large et lointain. Ils sont à la science
ce que les néoconservateurs ont été à la diplomatie. Des théoriciens de
la transformation qui balaient comme passéistes tous ceux qui leur
opposent une réalité autre que celle qu’ils sont en train de fabriquer
en 3D. Ils pensent que la technologie va sortir l’humanité de l’âge de
la pénurie. L’énergie sera illimitée grâce au solaire. Plus de problèmes
de nourriture : la viande sera « imprimée ». Certains expriment des
soucis de justice sociale. Mais, là encore, la technologie y pourvoira. « Un
Masai muni d’un téléphone portable dispose de plus d’informations
aujourd’hui que le président des Etats-Unis il y a quinze ans », affirme Peter Diamandis, qui se réjouit de savoir que « 3 milliards d’individus de plus seront connectés »
dans la prochaine décennie. Il suffira aux villageois du fin fond de
l’Afrique d’expédier, grâce à leurs smartphones, leurs résultats
médicaux à un spécialiste sur un continent lointain. Celui-ci établira
le diagnostic, et les médicaments seront obligeamment livrés par un
drone.

Les humanistes jugent cette approche simpliste, voire
dangereuse. Pour eux, le transhumanisme néglige les conséquences
néfastes des technologies dans le monde d’ici et maintenant :
l’augmentation des inégalités, les millions d’emplois menacés au fur et à
mesure que les ordinateurs rempliront nombre de tâches mieux que les
humains. « Quel sera le rôle de l’homme ? Quelles structures
sociales faudra-t-il pour parvenir à une société de faible emploi mais
florissante ? », demande Max Tegmark. Comment
empêchera-t-on les « armes autonomes » de déclencher des conflits
accidentels ? Sans parler des critères éthiques qui présideront aux
choix des machines : entre renverser un cycliste et provoquer des
dommages matériels coûteux, que décidera une voiture sans chauffeur.”

À lire aussi sur internetactu.net

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.