Gov.uk : le site le plus détesté de tous les temps ? – The Register

Pour beaucoup, Gov.uk est un modèle de conception des services publics numériques, comme nous le disions en rendant compte de la conférence de Russell Davies sur la scène de Lift… Pour beaucoup, mais pas pour tout le monde. 

Andrew Orlowski pour The Register livrait récemment une longue enquête sur ce que d’autres appellent le cauchemar Gov.uk. La transformation des services numériques du gouvernement britannique ne semble pas se passer aussi bien que l’évoquait Russell Davies. Le passage de tous les sites web du gouvernement sous un même service a visiblement détruit des services utiles pour les remplacer par des pages web pauvres en renseignement utiles. Un rapport interne de certaines directions, notamment relatif au service de demande de Visas et du site web dédié à l’immigration, fait part de flots de commentaires très négatifs. Pour beaucoup le GDS aurait eut une compréhension parfois très pauvre des services qu’il était sensé transformer. Au niveau des demandes de Visa, le GDS n’a visiblement pas pris en compte le fait que nombre d’université et d’entreprises faisaient aussi des demandes, et pas seulement des touristes, passant par des agences spécialisées pour accélérer le processus, et empêchant ainsi certaines stars du sports ou certains artistes d’entrer au Royaume-Uni. 

Sur le site de la BBC, l’éditorialiste Chris Cook lui aussi se plaint, en demandant au gouvernement d’arrêter d’améliorer ses sites web. Lui aussi regrette la destruction de pages et de documents. Mais surtout, il regrette le temps où les sites web étaient différents les uns des autres. La différence est une caractéristique, pas un défaut, estime-t-il. Il y avait une logique sur chaque site qui permettait de comprendre où chaque chose était rangée. Désormais, c’est plus difficile. “Un système unique de gestion de contenu peut permettre une grande économie pour la fonction publique. Mais il peut aussi coûter très cher aux utilisateurs”. 

Bon, visiblement tout changement comporte des écueils.  

À lire aussi sur internetactu.net

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.