Parfum : conservez l’odeur de vos morts – Sébastien Bailly

Quand je suis tombé sur l’article de Sébastien Bailly, je me suis dit c’est une blague. Nous ne savons pas synthétiser l’odeur des gens. Et de là à les distiller comme le propose tragiquement Jean-Baptiste Grenouille dans le Parfum de Suskind… Heureusement, ce n’est visiblement pas la technologie choisie pour recueillir l’odeur des gens (qui repose certainement plus sur la chimie de synthèse et la microextraction). Mais quelle est-elle cette technologie qui vise à extraire l’odeur d’un proche depuis un vêtement qu’il porte ? Et bien on ne saura pas !

Pourtant, le projet porté par Katia Apalategui à travers Kalain en collaboration avec l’Unité de recherche en chimie organique et macromoléculaire de l’université du Havre, semble on ne peut plus sérieux, comme l’assure Paris Normandie. Mais pour l’instant, la technologie utilisée demeure secrète. Nous saurons juste qu’il faut environ deux semaines pour extraire et reconstituer l’odeur de quelqu’un… Un temps de préparation qui aura un certain coût : le flacon d’essence du doudou, de la layette ou du vieux pull de notre parent devrait coûter quelque 560 euros à produire. La société a réalisé une trentaine de tests depuis sa technologie et les gens ont été plutôt satisfait des résultats, nous assure Katia Apalategui. 

On attendra de sentir pour voir… 

À lire aussi sur internetactu.net

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.