Les inégalités de revenus nuisent à la croissance – Le Monde

Une étude du Fonds monétaire international souligne que plus la fortune des riches s’accroît, moins forte est la croissance. 

“Lorsque la part de gâteau des 20 % les plus aisés augmente de 1 %, le
produit intérieur brut (PIB) progresse moins (– 0,08 point) dans les
cinq ans qui suivent. Autrement dit, les avantages des plus riches ne
ruissellent pas vers le bas, contrairement aux convictions des
économistes néolibéraux qui défendirent les politiques de Margaret
Thatcher et de Ronald Reagan et les baisses d’impôt pour les hauts et
très hauts revenus.

En revanche, une augmentation de même
importance (+ 1 %) de la part des revenus détenue par les 20 % les plus
pauvres est associée à une croissance plus forte de 0,38 point.”

Les auteurs font également remarquer que
“la globalisation financière et les progrès
technologiques sont associés, partout, à une augmentation de la part des
revenus détenue par les 10 % les plus riches, désormais neuf fois plus
importante que celle détenue par les 10 % les plus pauvres.” Ils observent également que “l’assouplissement du
marché du travail va de pair avec une inégalité croissante et
l’enrichissement des 10 % les plus aisés. Ils en concluent que la
flexibilité du marché du travail bénéficie aux plus riches et réduit le
pouvoir de négociation des travailleurs pauvres.”

Un travail de l’OCDE est parvenu à des conclusions similaires établissant que “l’augmentation des inégalités entre 1985 et 2005 a coûté en moyenne près
de 4,7 points de croissance cumulée dans les pays avancés, moins du fait
de l’envolée des revenus des plus riches que du sort réservé aux 40 %
les plus défavorisés.”

“Pour réduire les inégalités, les experts du FMI recommandent dans les
pays émergents et en développement de donner aux plus pauvres accès aux
services financiers. Dans les pays avancés, l’accent doit être mis sur
le développement du capital humain et des compétences et sur une
politique fiscale plus redistributive, par le biais des impôts sur la
fortune et la propriété, ainsi que sur une fiscalité des revenus plus
progressive.”

À lire aussi sur internetactu.net

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.