L’internet des objets qui ne sont pas les nôtres – Medium

La designer Stephanie Rieger (@stephanierieger) a beaucoup déménagé ces dernières années. Une quinzaine de fois en 10 ans et dans plusieurs pays. L’occasion d’ailleurs de rappeler que le marché de la location est extrêmement variable d’un lieu à l’autre. Aucun appartement ne ressemble à un autre et le “mobilier” ou les services qu’on y trouve

(serrure, système de chauffage, etc.), même quand l’appartement est loué non meublé varie considérablement d’un lieu l’autre, rappelle-t-elle dans un article pour Medium

Ce constat n’est pas sans impact sur l’internet des objets, qui doit apprendre à s’habituer à ces changements de propriétaires, estime-t-elle. Quand on loue un appartement, on s’intéresse à son agencement, à ce qui l’équipe… mais assez peu au matériel, aux systèmes d’exploitations de ces équipements. Or, l’un des appartements qu’ils ont visité récemment comprenait par exemple un “miroir intelligent”. “Dans un avenir pas si lointain, les locataires vont commencer à demander la liste détaillée des logiciels installés, si elle peut-être mise à jour ou réinitialisée en fonction des occupants, si cela est facile à faire, qui supporte les abonnements aux services dans les nuages qui cela implique…” Les marchés locatifs médias par des agences seront certainement mieux à même de faire face à ce défi. 

Dans tous les appartements où la famille de Rieger est passée, la confrontation aux interfaces des appareils électroniques et des systèmes de chauffage par exemple a toujours été douloureuse. Qu’en sera-t-il avec des appareils plus intelligents et plus connectés encore ? “Et si ces objets ont été conçus pour apprendre de nos habitudes, comment leur en apprendre d’autres ?” Bien sûr, ces moments d’apprentissages nécessitent un engagement mais qui est d’autant plus difficile à faire si vous devez rester peu de temps dans un logement, à l’image des locataires transitoires d’Airbnb. Bien souvent, identifier l’appareil pour en trouver le mode d’emploi même en ligne, n’est déjà pas simple : à quel modèle est-on confronté ?

La designer tire de son expérience d’intéressants enseignements pour les constructeurs. Faire apparaître clairement le modèle, le produit et rentre accessible son fonctionnement via un QR code ou une URL en ligne a minima via son mode d’emploi devient primordial. 

Comment être assuré que l’utilisateur précédent n’a plus accès à l’interface logicielle de l’appareil ou au verrou intelligent de l’appartement ? Comment s’assurer que les droits qui permettaient à untel d’ouvrir la serrure de votre voiture ou de votre appartement sont annulés ? Le propriétaire du logement aura-t-il des droits supérieurs au locataire et pourra-t-il par exemple lui couper l’électricité, lui baisser son thermostat connecté, accéder à sa caméra de surveillance connectée parce qu’il n’a pas payé son loyer ? 

L’internet des objets a encore bien des questions à se poser pour être aussi fluide qu’il le prétend. Si vous regardez cette vidéo des systèmes domotiques de Samsung avec l’angle de vue de Rebecca Rieger, vous en verrez désormais bien des limites.  

À lire aussi sur internetactu.net

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.