L’investissement dans les startups s’étend à la biotech – Nature

Y Combinator, un fond d’investissement spécialisé dans les startups, déjà connu pour avoir financé Dropbox et AirBnb à leurs débuts se lance aujourd’hui dans l’investissement de startups biotech, comme l’ont expliqué à Nature News and Comments, le président du groupe, Sam Altman, et une cadre du groupe spécialisée dans le domaine de la biologie et des sciences, Elizabeth Iorns.

Il y a peu de temps, le fondateur de Y Combinator, Paul Graham, affirmait qu’investir dans des startups biotech coutait trop cher. Mais les choses ont changé. comme l’explique Elizabeth Iorns, on est aujourd’hui dans une situation analogue à ceux des débuts de la Silicon Valley, avec les changements économiques apportés par l’industrie du software.  “Avant, vous aviez besoin d’un investissement significatif en infrastructure physique pour monter une société.Puis tout à coup vous avez eu juste besoin de brancher des serveurs. Il est aujourd’hui possible d’accéder à l’entière infrastructure nécessaire pour créer une entreprise de biotech avec pratiquement aucun investissement”.

Mais cette montée des startups biotechs fait grincer quelques dents dans la communauté scientifique. Certains (et ce, au sein même de la rédaction de Nature) ont reprochés à Y Combinator d’avoir investi dans Immunity Project,  un groupe  travaillant sur un projet de vaccin gratuit contre le SIDA,et reposant sur le crowdfunding, alors même que leur recherche n’avait pas été validée par les pairs. Pour Sam Altman, ce reproche équivaut à dire “honte sur vous pour avoir essayé”. Pour lui, il faut accepter que les choses puissent ne pas marcher, et accepter d’investir sur des travaux en cours s’ils semblent prometteurs. “La raison pour laquelle les startups de software marchent est que les gens ont  essayé de nombreuses choses et qu’ils ont rendu l’échec peu couteux”.

À lire aussi sur internetactu.net

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.