Accès préférentiel, fin de l’illimité, hausse des prix… le scénario noir pour l’Internet aux Etats-Unis – Silicon 2.0

Jérôme Marin de Silicon 2.0 revient en détail sur la remise en cause de la neutralité du net par la Federal Communication Commission américaine…  et la fin annoncée des abonnements illimités dans la téléphonie mobile aux Etats-Unis.

Le nouveau cadre réglementaire présenté par la FCC n’interdira pas (donc permettra) aux fournisseurs d’accès Internet (FAI) de facturer un “accès préférentiel” aux sites Internet consommant beaucoup de bande passante, comme Netflix ou YouTube. En payant, ils bénéficieront d’une voie rapide. Ceux qui ne veulent pas ou ne peuvent pas payer devront se contenter d’un débit plus lent. Cela reviendra donc à créer un Internet à deux vitesses, ce qui menacerait l’innovation.

La FCC prévoit d’intégrer plusieurs garde-fous pour éviter les abus. Elle interdira aux opérateurs de bloquer l’accès à un site. Elle instaurera aussi une vitesse de connexion plancher. Son niveau n’a encore été défini. Mais il ne sera certainement pas suffisamment élevé pour de nombreuses utilisations. Enfin, le régulateur imposera un tarif “commercialement raisonnable” pour l’accès aux voies rapides. Ce prix ne sera pas fixé par la loi. Il sera déterminé au cas par cas par la FCC, au terme d’une procédure encore inconnue.

Ces nouvelles règles du jeu se feront au détriment de l’internaute, dont l’accès à certains sites pourrait être détérioré. En outre, les services de vidéo par abonnement ou encore les plate-formes de téléchargement de jeux vidéo pourraient être amenés à augmenter leurs tarifs, afin de répercuter les commissions versées aux FAI.

Les start-up seront aussi perdantes. "Si les grandes sociétés peuvent payer pour une meilleure vitesse de connexion ou un temps de latence plus faible, Internet ne bénéficiera plus de règles du jeu équitables, dénonce un groupe d’investisseurs de la Silicon Valley. Les start-up dont les services dépendent de la vitesse (jeux, vidéos, systèmes de paiement) ne pourront certainement pas surmonter ce déficit, peu importe leur degré d’innovation".

La suite est aussi à lire !

À lire aussi sur internetactu.net

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.