Des labos pour changer le système – La 27e Région

Sur son blog, Stéphane Vincent, directeur de la 27e Région, ce laboratoire d’innovation publique, s’interroge sur la mode des laboratoires d’innovation sociale (1ère partie, 2nde partie). Le laboratoire est un moyen pour innover au sein de structures traditionnelles, estiment leurs promoteurs, un moyen pour créer un environnement alternatif, un cadre de confiance et de coopération pour réinterroger la façon de traiter des enjeux d’intérêt général directement avec les utilisateurs.

On dénombrerait une centaine d’initiatives à travers le monde, certains orientés autour d’une méthode (design, data, psychologie…) d’autre autour d’un secteur d’activité, en partenariat ou en opposition avec les gouvernements. Reste que la plupart relèvent plutôt de l’artisanat et de la performance. Mais toutes ont besoin d’être explicites sur les visions et valeurs qu’elles portent. Si tout le monde semble s’interroger sur leur gouvernance, leur modèle économique et leur nature politique, leur capacité à construire et participer des écosystèmes autour d’eux demeure primordial.  

Quand aux recettes de succès : obtenir le “droit” de réinterroger les politiques publiques, créer de nouvelles compétences chez les élus comme chez les designers, mesurer différemment la performance publique, amplifier la recherche, mieux articuler design et décision politique. 

En tout cas, le temps de la révolution semble déjà bien loin. Au concept de “réforme” des politiques publiques, succède “une vision plus humble de la fabrique des politiques publiques basées sur l’essai-erreur et de nouveaux instruments de mesure de performance”. Les transformations continues et bricolées ont succédé au “grand soir”… 

À lire aussi sur internetactu.net

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.