Sauvons les wearables – Cyborgology

image

David Banks pour Cyborgology se demande si les wearables, ces ordinateurs qui se portent ont encore un avenir. Pour lui, rendre les dispositifs invisibles est peut-être le principal problème que les Google Glass rencontrent. Ainsi le fait que prendre une photo ou une vidéo soit invisible depuis des Google Glass soit invisible aux autres se révèle plus être un problème qu’autre chose. L’invitation du design à être “discret”, de dire qu’un dispositif idéal serait un dispositif complètement invisible est une erreur. Si nous devions mettre le doigt sur la branche des lunettes par exemple pour enregistrer quelque chose, peut-être que cela changerait l’appréhension que les lunettes de Google cristallisent. “Les lunettes de Google sont vendues comme un dispositif qui est censé vous faire oublier que la technologie est envahissante, mais cet envahissement se manifeste à chaque fois que quelqu’un vous regarde puisque le dispositif est accroché à votre visage”. Et David Banks de mettre en parallèle les 10 principes d’une bonne conception du designer minimaliste allemand Dieter Rams, avec le “témoin impudique” qu’évoquait Donna Haraway, qui évoquait les biais des observateurs dans leur observation… Pour lui, c’est la même chose quand les ingénieurs et designers imaginent des produits avec un seul type d’utilisateur à l’esprit. Les Google Glass favorisent un comportement égocentrique qui met l’information uniquement sous le regard de celui qui les porte et qui prépare le monde à son seul regard et pour son seul plaisir. Une petite intervention comme celle qu’il évoquait permettrait à l’utilisateur également de montrer que ce qu’il prend au monde lui coûte un peu et l’inscrit dans un contexte social… Les défauts des wearables doivent nous amener à les penser de manière à ce qu’ils soient plus inclusifs. 

Dans un autre billet, il propose 5 pistes à prendre en compte pour améliorer les wearables

– Si le corps est une partie de l’appareil, alors incorporez le corps dans le design, à l’image de ce qu’il proposait pour les Google Glass.
– La plupart des wearables ne devraient pas être capables de prendre des images. 
– Les wearables capables de prendre des images devraient être spécialisés et proéminent (personne ne se plaint de GoPro).
– Les wearables devraient cacher des information sur les gens autour (les designers devraient se poser la question du pouvoir que donne l’outil à l’utilisateur pour le limiter).
– Les entreprises qui commercialisent les wearables devraient promettre de ne jamais vendre les données de leurs appareils aux gouvernements ou à d’autres sociétés, seul moyen d’éviter le regard carcéral… Dénonçant le recours de plus en plus fréquent aux caméras que portent les policiers comme preuves dans un jugement, et ignorant les autres témoignages ou autres caméras… 

À lire aussi sur internetactu.net

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.