Apple approche les mutuelles pour divulguer nos comportements – Numerama

Selon Bloomberg, rapporte Numerama, Apple aurait approché deux grandes compagnies privées d’assurance santé américaines pour voir comment leurs contrats d’assurance santé pourrait évoluer en utilisant les données de Health, l’application de santé intégrée au système d’exploitation d’Apple, un ensemble de capteurs biométriques pour surveiller le métabolisme de l’utilisateur (rythme cardiaque, pression sanguine, taux de sucre, de caféine, d’alcool, de nicotine…) croisé avec des informations sur l’ADN. Allons-nous vers des contrats d’assurance sur mesure, orwéliens, suspendant des remboursements de frais médicaux si vous ne marchez pas vos 30 minutes par jour ? 

Parce qu’elles ont l’obligation de payer une complémentaire santé, les entreprises pourraient céder à la tentation de négocier avec les mutuelles une baisse de tarifs, en échange d’engagements pris au nom des salariés. Ce n’est déjà plus de la fiction puisqu’aux USA le pétrolier BP aurait ainsi acheté 25 000 bracelets Fitbit que les employés devront porter, pour les inciter à lutter contre leur propre obésité.”

Comme le souligne Guillaume Champeau, ce n’est certainement pas là un avenir très désirable. Mais surtout, c’est un avenir qui fait l’impasse sur les limites des capteurs… et qui pense le monde comme si chacun était forcément équipé d’un capteur.

Enfin, comme l’explique Jess Singal sur l’excellent Science of Us du New York Mag, c’est oublier très vite combien les applications de santé sont encore très imparfaites. Une équipe de chercheur a téléchargé 130 applications de régime et d’exercice de l’Apple Store pour les analyser et observer si les mécanismes de jeu se conforment aux meilleures théories du changement de comportement. Et le résultat s’avère très varié… Faudra-t-il demain imaginer des formes de certification des applications permettant de juger si elles font vraiment ce qu’elles proclament ?

Vu l’inefficacité des jeux vidéos et autres exercices cérébraux sur les capacités cognitives, comme le soulignait déjà Rémi Sussan il y a quelques années – pourtant souvent vendus comme des systèmes de stimulation cérébraux efficaces -, autant dire qu’il y a matière à douter de l’efficacité des applications de santé et des programmes d’entraînements sportifs ou diététiques proposés.

À lire aussi sur internetactu.net

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.