Les effets sociaux secondaires des portefeuilles sur mobile – CityLab

Je ne sais pas si leur utilisation est encore très répandue de ce côté de l’Atlantique, mais visiblement, rapporte Sam Sturgis pour le CityLab, ils sont pratiques et populaires aux Etats-Unis… Ils, ce sont les portefeuilles électroniques, des applications pour smartphone comme Venmo, SquareCash, Splitwise ou GoogleWallet qui permettent en quelques clics de déposer de l’argent de votre compte bancaire à celui de qui vous voulez. Sam Sturgis estime qu’ils sont très utilisés dans les colocations des jeunes américains pour régler les dépenses à celui qui les avance. Mais pas seulement. Selon Forbes, ces systèmes sont très populaires chez les jeunes urbains des grandes villes branchées américaines. Selon Business Insider, les utilisateurs de Venmo ont transféré quelques 460 millions de dollars au deuxième trimestre 2014. 

Mais ces applications peuvent générer certaines difficultés sociales, puisqu’il n’est pas rare de recevoir une requête d’argent de vos colocataires, de vos amis ou de votre famille, pas forcément négociée en amont, ou plus tôt que vous ne vous y attendiez comme si vous vous apprêtiez à oublier de rembourser vos dettes. Les demandes d’argent peuvent ainsi prendre de cours les négociations amiables (ou pas). Or “les malentendus sur ces supports appropriés d’échange peuvent déstabiliser nos relations. En fait, la façon dont nous payons quelqu’un pourrait être plus importante que la valeur de la somme elle-même." 

Les portefeuilles sur mobiles créent une uniformité dans nos réseaux sociaux, en canalisant nos listes de contacts de nos téléphones ou de nos e-mails, quels qu’ils soient, en personnes pouvant potentiellement vous prêter de l’argent. Or, nous n’échangeons pas l’argent avec tout notre réseau relationnel de la même façon. Nos attentes à l’égard d’un remboursement par exemple, ne sont pas les mêmes pour un collègue de travail ou un parent proche. Comme le soulignait le sociologue Arlie Hochschild dans un édito sur "la vie externalisée” pour le New York Times, “paradoxalement, plus nous dépendons de services demarché – et de la logique de marché – plus sa puissance réelle et subtile nuit à notre vie intime”.  

Les portefeuilles sur mobiles vont certainement demain transformer nos relations financières. Mais peut-être faudra-t-il aussi qu’elles apprennent à intégrer une conception des relations sociales. 

MAJ : profitons-en pour pointer vers l’application de portefeuille électronique S-money qui permet également d’envoyer de l’argent via Twitter, rapporte Frandroid.

À lire aussi sur internetactu.net

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.