Je m’appelle danah et je suis toxico des stats – Medium

En ligne, les statistiques sont partout et nous ne pouvons nous empêcher de les regarder et de nous y comparer, rappelle la sociologue danah boyd. Le problème est qu’elles nous transforment en zombie. 

“Je sais qu’elles ne disent rien. Je sais que la plupart de mes followers sur Twitter sont des bots, (…) que mes stats moyennes ne disent rien sur la qualité de mon travail, et que je ne devrais pas traiter n’importe quel nombre comme un mécanisme d’auto-évaluation de ma valeur en tant qu’être humain. Et pourtant, quand il y a un nombre qui me montre du doigt, je ne suis pas meilleure qu’un papillon qui voit la lumière.”

Nous faudra-t-il des Demetricator partout ? Pourrions nous imaginer des outils qui nous évaluent sans chiffres ? 

À lire aussi sur internetactu.net

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.