“Le travail doit faire lien avec l’émancipation” – L’Humanité

La philosophe et psychanalyste, Cynthia Fleury, qui tient chronique régulière dans l’Humanité, revient dans une interview pour ce même journal sur son dernier livre, Les irremplaçables, et défend le besoin de formation citoyenne. Pour elle, l’Etat de droit est intimement lié à la façon dont nous en sommes les citoyens, et inversement.

“L’État de droit croit qu’il peut détruire les individus-sujets sans que
cela ne soit impactant pour lui-même. Seulement, dans ce phénomène de
désingularisation, ce n’est pas seulement l’individu-sujet qui
disparaît, c’est l’État de droit lui-même qui court à sa perte.
Pourquoi ? Parce que le seul qui se soucie de l’État de droit jusqu’à
nouvel ordre, c’est un sujet émancipé.” 

La performance, la rentabilité, la précarisation nous déshumanise et nous rend incapable de faire lien, de faire société, pris au piège de l’ultra concurrence. “Dès lors (le sujet) n’a plus ni la capacité, ni la volonté, ni même le désir de la fraternité et de la solidarité.” Et s’il n’a plus ce désir, il se détourne de l’Etat de droit au profit du populisme. Pour elle, l’Etat de droit n’existe pas sans la création des individus. Pour elle, dans ce processus, les individus sont plus que responsables : ils sont irremplaçables. “Le travail doit faire lien avec l’émancipation et non pas avec la survie”.

À lire aussi sur internetactu.net

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.