La classe renversée² – MindShift

Comment apprenons-nous le mieux ? Vous connaissez tous le principe de la classe inversée, cette approche pédagogique qui consiste à inverser les rôles traditionnels de l’apprentissage, où les élèves voient seuls la leçon, en vidéo ou sur manuel, puis font des exercices en classe avec le professeur… Une étude qui date de l’année dernière rapporte que cette manière d’apprendre pourrait ne pas être optimale. “Les étudiants sont mieux préparés à comprendre une théorie après avoir exploré d’abord par eux-même ce qui la compose”, estiment Roy PeaBertrand Schneider, Paulo Blikstein du Transformative Learning Technologies Lab de Stanford. “L’exploration, l’enquête et la résolution de problèmes ne sont pas seulement des artefacts agréables, ce sont des mécanismes puissants qui augmentent toutes les performances”.

Bien sûr, comme dans la plupart des études, celle-ci a une portée limitée, puisqu’elle ne concerne qu’une trentaine d’étudiants répartis en deux groupes, montrant que ceux qui ont utilisé un dispositif interactif pour découvrir un sujet avaient des résultats bien meilleurs (30 %) que ceux commençant par la leçon. Il faut dire que les chercheurs en question travaillent justement au développement de plateformes d’apprentissage interactives. Le dispositif interactif utilisé est le BrainExplorer, un système simplifié et interactif pour comprendre le fonctionnement du cerveau et faire comprendre les principes des neurosciences à un public plus large, permettant de comprendre par exemple comment fonctionne le champ visuel et comment il dysfonctionne quand il est altéré, en coupant les connexions qui relient des webcams à des simulations du cerveau. Les chercheurs, spécialistes de l’apprentissage avec les plus jeunes, ont d’ailleurs mis au point d’autres tables de jeux, comme Earexplorer, une interface tangible pour découvrir le fonctionnement du système auditif.  Ou encore, Combinatronix, une autre interface tangible qui permet d’apprendre les probabilités d’une manière collaborative.

Je ne sais pas si leur étude est très concluante, mais les dispositifs interactifs éducatifs sur lesquels ils travaillent, en tout cas, ont l’air eux, plutôt intéressants. 

À lire aussi sur internetactu.net

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.