Aider les élèves à échapper à une vie de surveillance – Model View Culture

Jessy Irwin (@jessysaurusrex) pour l’excellent Model View Culture revient sur le boom des technologies éducatives et comment ces technologies imposent un modèle de surveillance des élèves, qui n’a rien à envier à la NSA. Les plateformes d’apprentissage personnalisées comme Knewton ou InBloom recueillent énormément de données sur les élèves dans le but de les aider à améliorer leurs performances et ce dès leur plus jeune âge. Et cette collecte risque de ne pas s’arrêter là. La fondation Bill Gates (très investie dans ces programmes) a financé un projet de 1 millions de dollars pour adapter des capteurs biométriques aux élèves afin de mesurer leur niveaux d’intervention et d’engagement durant les cours et a recommandé le déploiement d’un programme de 5 millions de dollars pour installer des caméras vidéo dans les classes pour évaluer les enseignants. Pour Jessy Irwin, aux Etats-Unis, ceux qui ont le pouvoir de protéger la vie privée des élèves ne le font pas. Pourtant, n’est-il pas paradoxal de constater que la grande majorité des opérations informatiques qui ont lieu dans les établissements visent à filtrer, bloquer et surveiller les usages qui sont faits, plutôt que de protéger les élèves des entreprises qui collectent des données sur eux ? Et quand les élèves détournent ces filtrages, ils sont accusés d’être des pirates. Jessy Irwin revient longuement sur certains affaires de surveillance d’élèves et de politiques de sécurité qui sont allés trop loin et qui ont défrayé la chronique. Et ce que l’on constate dans ces affaires, bien souvent, c’est le renforcement des discriminations envers les groupes déjà marginalisés. Les élèves de demain auront encore moins d’intimité que ceux d’aujourd’hui…

À lire aussi sur internetactu.net

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.